Influences : n.f.
1. Emprunté du latin médiéval influentia, « action attribuée aux astres sur la destinée des hommes ».
2. Action qui s'exerce entre des personnes ou des substances.
3. Autorité, crédit, ascendant, en parlant des personnes

Les Influences

Lagence de presse des Idées

Rap au musée Chirac

Publié le 7 février 2017 par

karim-ammou.jpg Culture. Il vient tout juste de participer à l’organisation d’un colloque international «  Conçues pour durer. Perspectives francophones sur les musiques hip-hop  » qui s’est déroulé du 1er au 3 février 2017 à Paris à la Maison des Métallos. Auteur en 2012 d’une belle enquête sociologique Une histoire du rap en France, le chercheur Karim Hammou l’évoquera le 22 février prochain dans le théâtre Claude Lévy Strauss du musée du quai Branly-Jacques Chirac. Son intervention savante s’inscrit dans le cycle des “Grandes révoltes”, examiné par l’Université populaire du musée. Prescience de ces temps turbulents et ulcérés: après un premier semestre passé avec Jean-Claude Milner et Karl Marx, Elisabeth Roudinesco, Olivier Bétourné, le colonel Rémi Porte, et Hubert Prolongeau et la Révolution française, suivent Malcom X, Thomas Sankara, le zapatisme, le rap, la révolte des Cipayes en Inde, les révoltes kanak, la naissance de l’Arabie saoudite, Jésus par Tobie Nathan, et grande promesse urticante, Octobre 1917 par Alain Badiou.

Karim Hammou s’emploie à déjouer les préjugés et varier les angles scientifiques sur le rap français.

On ignore si ses collègues du laboratoire Norbert-Élias (EHESS-CNRS) lui réclament avec gourmandise une short list des meilleures tendances, mais son travail s’emploie à déjouer les préjugés et varier les angles scientifiques sur cette expression en France. Dans un entretien au site abcd du son, Karim Hammou explicite son parti pris : “on peut parler du rap sans être dans une posture morale, sans devoir prendre parti «  pour  » ou «  contre  » ceci ou cela. On peut chercher en premier lieu à décrire le rap dans sa complexité, dans ses conflits.” Comment le rap s’est-il enraciné et a t-il prospéré en France depuis plus de 30 ans ? Comment se fait-il que l’ancrage populaire et banlieusard de la pratique du rap ait été si précoce et si régulièrement affirmé dans des travaux académiques, alors qu’aucune enquête statistique solide n’existe pour l’étayer ? Comment les Blancs s’investissant dans le rap ont-ils produit un “universalisme minoritaire” ?
Au quai Branly, Karim Hammou réfléchira sur le thème des révoltes postcoloniales et des expressions de violence dans le rap.

Abonnez-vous ! Partager sur Twitter Partager sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site web utilise ses propres cookies et ceux de tiers pour son bon fonctionnement et à des fins d analyse. En cliquant sur le bouton Accepter, vous acceptez l utilisation de ces technologies et le traitement de vos données à ces fins. Vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.   
Privacidad