Influences : n.f.
1. Emprunté du latin médiéval influentia, « action attribuée aux astres sur la destinée des hommes ».
2. Action qui s'exerce entre des personnes ou des substances.
3. Autorité, crédit, ascendant, en parlant des personnes

Les Influences

Lagence de presse des Idées

Un commentaire sur “L’ENA : le moule à gaufres 2017

  1. L’ENA : le moule à gaufres 2017
    L’ENA a les travers de son époque et ce n’est pas à franchement parler une découverte. Les candidats aussi conformistes fussent-ils ne font que se conformer aux désirs implicites de l’état et ils seraient bien imprudents d’oser autre chose. Le risque, pour eux, n’en vaut pas la chandelle car finalement et malgré leurs défauts ils finissent par être admis. Leur reprocher de faire ce qu’on attend d’eux est pour le moins paradoxal, voir méprisant mais cela tient certainement à l’ambiguïté de cette formation qui à l’origine n’était qu’une formation aux cadres techniques de l’état. Ce qu’elle reste pour l’essentiel ! Elle est devenue aussi au fil du temps une pouponnière pour nos élites politiques qui se doivent d’être passé par cette école et l’on souhaiterait, cerise sur le gâteau, qu’en sus ils fassent preuve d’imagination, de créativité…
    Si l’on veut bien s’y attarder un peu, ce conformisme est assez révélateur du fonctionnement de notre société qui reste profondément attachée à un modèle que l’on appelle gentiment “méritocratie” mais qui surtout produit des élites qui se reproduisent entre-elles. Si nous avons cru abolir les privilèges en 1789 (Le 4 août !) cela fait belle lurette qu’ils ont retrouvé pignon sur rue. “La noblesse d’état” n’est pas seulement une figure de style mais une réalité et une réalité douloureuse car tout un chacun sait bien que tout ne se vaut pas et que vous n’aurez pas les mêmes possibilités selon que vous serez maçon ou sorti dans la botte de l’ENA. L’accréditation à l’élite suppose un parcours, souvent difficile, voir impossible pour ceux qui n’en connaisse nullement les codes…ce qui est le cas de l’immense majorité de la population assignée au mieux aux seconds rôles et le plus souvent vaguement spectateur de nos comédies sociales.
    l’ENA, on l’oublierait, ne fonctionne pas seul. Elle est le sommet d’un système qui laisse entendre que le fruit de notre labeur nous donnera le droit d’accéder au paradis républicain. Vaste illusion qui permet surtout à ceux qui possèdent beaucoup de pouvoir conserver leurs avantages. Nous le savons tous et chacun tente plus ou moins de gagner quelques places à un jeu où les vrais gagnants sont rares. Pour les bons élèves de France et de Navarre et seulement pour eux, se décline toute une hiérarchie du diplôme qui va de l’ENA à Polytechnique, Centrale pour les plus grandes à la plus misérable IEP de province entre autres et où mieux vaut l’un que rien. À ce compte-là d’ailleurs, on ne donne qu’aux riches, c’est plus sûr. Les ” grandes écoles” sont, et de loin, bien mieux dotées financièrement que les universités destinées à recueillir la “masse” des étudiants. Expression glorieuse du fonctionnement de nos démocratie… Ce qui manque le plus, in fine, à l’ENA serait d’être réellement démocratique et donc de disparaître en tant qu’un institution …mais il n’est pas sûr qu’elle le veuille même un peu.

Laisser un commentaire

Ce site web utilise ses propres cookies et ceux de tiers pour son bon fonctionnement et à des fins d analyse. En cliquant sur le bouton Accepter, vous acceptez l utilisation de ces technologies et le traitement de vos données à ces fins. Vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.   
Privacidad