Influences : n.f.
1. Emprunté du latin médiéval influentia, « action attribuée aux astres sur la destinée des hommes ».
2. Action qui s'exerce entre des personnes ou des substances.
3. Autorité, crédit, ascendant, en parlant des personnes

Les Influences

Lagence de presse des Idées

Kamlaurene : Très portrait

Publié le 24 avril 2018 par

kam1.jpg Passé l’encoignure, ils sont là. En position frontale. Le regard intense et pénétrant. Ils scrutent, observent.

Flambeaux dans la nuit

Attentifs. Bienveillants mais pourtant troublants. Qui sont-ils ? Que nous veulent-ils ? Qu’attendent-ils de nous ?

Des pupilles surdimensionnées, semblables aux fleurons de tournesols, leur confèrent une parenté certaine avec les humanoïdes tournesols vangoghiens, étonnant mélange d’évidente simplicité et de déroutante complexité.

L’allure des personnages, leurs postures – réminiscences d’une enfance encore si proche –, leur pureté de trait diffusent une sensation de sérénité, de familiarité. Même si, comme Henri Rousseau dont on dit que ce qu’il voyait n’était qu’amour et nous ferait toujours des yeux émerveillés, naïveté et crédulité ne sont pas de mise.

À l’image du Douanier, le décor ne joue pas les seconds rôles. En arrière-plan s’élèvent fréquemment des éléments urbains contemporains. L’ébauche d’une architecture tracée au cordeau, dont les reflets colorés préfigurent la romance entre réel et imaginaire… Vivre en couleurs pour voir le monde autrement. Les couleurs, vecteurs d’idées, de langage, de concept, longuement travaillées et assemblées à la manière de l’enlumineur monacal ou du vitrailliste médiéval.

Ici ou là, invité surprise, un hibou se tient, rangé, ainsi qu’un dieu étranger, dardant son œil sombre. Il médite. Hibou qui, depuis l’antiquité, aux côtés d’Athéna suggère sagesse et clairvoyance tout autant qu’imprévisibilité, mélancolie ou noirceur…

31306904_1767625529970750_6784499979084890112_o.jpg

Kam et Laurence inspirent la peinture, la palette, la toile, le collage à pleins poumons. De l’aube au crépuscule, à l’atelier comme dans la rue, ils partagent la vision d’un être éclairé, connecté, représentant d’une « cyberhumanité » où science, technologie, médecine, connaissances, transcendent l’humain, lui offrant le «  repos dominical  » d’un monde meilleur.

Leur credo, leur philosophie : un état pur. Sur ce chemin, il n’y a pas de lumière éblouissante, il n’y a que des flambeaux dans la nuit.[[avec la complicité de Paul Eluard, Charles Baudelaire, Aldous Huxley, Michel Pastoureau et Edgar Morin.]]

Jean-Luc Hinsinger

Abonnez-vous ! Partager sur Twitter Partager sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site web utilise ses propres cookies et ceux de tiers pour son bon fonctionnement et à des fins d analyse. En cliquant sur le bouton Accepter, vous acceptez l utilisation de ces technologies et le traitement de vos données à ces fins. Vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.   
Privacidad