Influences : n.f.
1. Emprunté du latin médiéval influentia, « action attribuée aux astres sur la destinée des hommes ».
2. Action qui s'exerce entre des personnes ou des substances.
3. Autorité, crédit, ascendant, en parlant des personnes

Les Influences

Lagence de presse des Idées

Benoît Peeters, l’enfant terrible de la biographie

Publié le 1 octobre 2020 par

Hergé, Paul Valéry, Jacques Derrida, aujourd’hui Sandor Ferenczi (Flammarion) : il ne cesse d’explorer les univers de figures qui l’ont construit.

©Benoît Peeters par Arnaud Février-Flammarion.
©Benoît Peeters par Arnaud Février-Flammarion.
Le 20 octobre, l’album La fièvre d’Urbicande se lira en couleur. En noir et blanc ou pas, la série Les Cités obscures signée Schuiten et Peeters a d’emblée été un classique des années 1980. Le scénariste et essayiste, lui, se voit ouvrir les portes du Collège de France le 7 octobre, pour une séance inaugurale sur la bande dessinée. Un peu le trac sous le flegme. «  J’ai l’habitude de prendre la parole en improvisant, mais là, il va me falloir un minimum d’arguments structurés  », souffle-t-il.

Créateur intellectuel prolifique, si ce n’est débordant, il vient de publier la biographie de Sandor Ferenczi (1873-1933). Après les figures tutélaires d’Hergé, Jacques Derrida, Paul Valéry, Jiro Taniguchi, Hitchcock, Töpfer et Raoul Ruiz, que vient donc faire l’héritier prometteur, très proche, inventif, précurseur, puis cruellement disgracié de Freud dans la galerie biographique de Benoît Peeters ? «  On me reproche parfois ma trop grande retenue et mon peu de goût pour la polémique post-mortem, explique-t-il, mais ce que je cherche surtout c’est à transmettre les faits les plus justes, la mémoire la plus utile, le détail qui cristalliserait tout. Ferenczi a été détruit par Freud, mais aussi par son pire adversaire, Ernest Jones, qui a escamoté sa personne et son travail pour des décennies.  » Réhabiliter Ferenczci est un vieux projet de Peeters, transmis au siècle dernier par son professeur de philo en terminale, Jacques Martin, au lycée Hoche. «  Travailler sur Ferenczi aujourd’hui, c’est se retrouver dans l’actualité, notamment l’impact des violences sexuelles sur les enfants. ” Il y a des siècles où Racine ne sert à rien” disait Paul Valéry, mais là nous y sommes. »

couv-caoua9.jpg Il reste 60% de cet article à lire dans Le Caoua des idées n°9 (édition du 2 octobre au 8 octobre 2020).

Tous au comptoir ! 1,50 € le numéro au format PDF, ou bien disponible par abonnement.

Abonnez-vous ! Partager sur Twitter Partager sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site web utilise ses propres cookies et ceux de tiers pour son bon fonctionnement et à des fins d analyse. En cliquant sur le bouton Accepter, vous acceptez l utilisation de ces technologies et le traitement de vos données à ces fins. Vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.   
Privacidad