Influences : n.f.
1. Emprunté du latin médiéval influentia, « action attribuée aux astres sur la destinée des hommes ».
2. Action qui s'exerce entre des personnes ou des substances.
3. Autorité, crédit, ascendant, en parlant des personnes

Les Influences

Lagence de presse des Idées

Islamisme, racialisme, idéologie décoloniale : « Que les chercheurs ne soient plus intimidés par ces militants des nouveaux racismes »

Publié le 12 décembre 2020 par

L’historien Emmanuel Debono est le nouveau rédacteur en chef de la revue «  refondée  » de la LICRA.

Emmanuel Debono veut faire de La DDV, un
Emmanuel Debono veut faire de La DDV, un
L’INFLUENCEUR. «  Euh, non, Je ne suis pas encarté, j’ai vraiment du mal avec ce genre d’idée  » , chuchote-t-il. Ce qui ne l’empêche pas d’être le nouveau rédacteur en chef de la revue officielle de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme, fondée en 1927). L’historien Emmanuel Debono, spécialiste des racismes et antiracismes dans la France contemporaine*, remplace désormais à ce poste le journaliste Antoine Spire, tout comme à la présidence, Mario Stasi a succédé en 2017 à l’avocat Alain Jakubowicz, et déploie de nouvelles ambitions. «  Au fil des ans, la revue s’était trop notabilisée et l’on tournait un peu en rond, on aurait pu basculer définitivement sur le Net mais on a encore l’esprit papier  », diagnostique le chercheur. Pour tenter une «  refondation  », Il est allé se rafraîchir dans l’histoire et les archives du journal de la Ligue qui, à ses origines, s’était donné la mission de cartographier les pogroms en Europe centrale et orientale et de défendre les minorités juives.

« Le savoir est franchement menacé par la lame de fond du complotisme et de la cancel culture. »

Fallait-il se débarrasser du titre, un peu bizarre et oublié, de la revue : Le Droit de Vivre, imaginé par Bernard Lecache, journaliste fondateur ? Près de 90 ans après, même s’il revêt l’acronyme DDV, «  Le droit de vivre  » reste d’actualité. Trimestriel, le magazine à la lenteur assumée peut se retrouver stressé par l’actualité. Ainsi le n° 1 était bouclé avec une couverture spectaculaire dédiée au «  crime contre l’humanité  » qu’exerce le pouvoir chinois sur les Ouïghours de confession musulmane. La décapitation du professeur Samuel Paty a changé la donne. L’enquête est toujours bien présente dans le numéro, mais Le DDV a saisi l’événement et clairement annoncé son intention : «  devenir un outil intellectuel de combat  » pour détruire les idées fausses et les fakes news des racismes anciens et très nouveaux. Les contributions de chercheurs comme Pierre-André Taguieff, d’éditorialistes comme Philippe Val ou Raphaël Enthoven, ou de proches du Printemps républicain ne manqueront pas de faire grincer les dents d’une partie de la gauche qui se réclame de l’antiracisme et d’une laïcité «  apaisée  ».
«  L’islamisme, voilà l’ennemi  », précise Emmanuel Debono dans son éditorial : «  Le relativisme, la confusion et la désinformation sont d’utiles marchepieds pour le totalitarisme.  » Le copieux dossier sur «  l’idéologie décoloniale : un antiracisme d’exclusion  » prend un relief particulier. «  De nombreux enseignants-chercheurs n’osent pas malgré leurs compétences, prendre la parole et transmettre, nous indique Emmanuel Debono. Il faut qu’ils nous documentent absolument, et ne se laissent plus intimider par les militants de ces nouveaux racismes que sont les racialistes, les décoloniaux, les indigénistes, les compréhensifs de l’islamisme qui sévissent, eux aussi, dans les instances universitaires et de recherche. Le savoir est franchement menacé par la lame de fond du complotisme et de la cancel culture. Les combats de tribunes ou les interventions à tout bout de champ sur les réseaux sociaux ne me paraissent pas excessivement efficaces. Il faut travailler et penser encore.  » Le droit de vivre et de penser.

*Le Racisme dans le prétoire, Emmanuel Debono, Puf, 696 p., 26 €. Paru septembre 2019.

Nouvelle formule

ddv.jpg «  La République de Samuel Paty  » claque à la une de la nouvelle formule, avec le visage du professeur assassiné représenté par le street-artiste C215. Dites DDV pour «  le droit de vivre  », et n’oubliez pas la vocation «  universaliste  » de la revue. Un tirage de 10 000 exemplaires et 2 500 points de vente kiosque (sans oublier les librairies), la revue reste modeste. Confronté aux mêmes problèmes que la presse, un lectorat vieillissant et une digitalisation croissante de l’information, la revue de LICRA tente la relance en prenant des couleurs et une ampleur publique. Seuls, les journalistes sont rétribués pour leurs enquêtes de terrain. Le gros des contributeurs reste les chercheurs et intellectuels. Dans ce numéro, on trouve également des entretiens avec Élisabeth Moreno, ministre déléguée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, Tania de Montaigne, auteure de Noire ou la vie méconnue de Claudette Colvin (Grasset), ou encore Tristan Mendès-France sur les nouveaux publics du complotisme.
Le DDV n° 681, décembre 2020, 9,90 p. En kiosque ou sur www.licra.org

Une première version de cet article a été publiée en primeur dans la Newsletter Le Caoua des idées n°19 (Édition du 11 décembre au 17 décembre 2020).

Abonnez-vous ! Partager sur Twitter Partager sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site web utilise ses propres cookies et ceux de tiers pour son bon fonctionnement et à des fins d analyse. En cliquant sur le bouton Accepter, vous acceptez l utilisation de ces technologies et le traitement de vos données à ces fins. Vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.   
Privacidad