Influences : n.f.
1. Emprunté du latin médiéval influentia, « action attribuée aux astres sur la destinée des hommes ».
2. Action qui s'exerce entre des personnes ou des substances.
3. Autorité, crédit, ascendant, en parlant des personnes

Les Influences

Lagence de presse des Idées

Frédéric Keck, comme un oiseau

Publié le 20 décembre 2020 par

bandeau_prix-2.jpg ANTHROPOLOGIE. Les sentinelles des pandémies, Frédéric Keck, Zones sensibles. 237 p., 20 €. Paru mars 2020

L’IDÉE : ÉTUDIER LES INTERACTIONS ENTRE LES HOMMES ET LES OISEAUX DANS LE CADRE DE LA SURVEILLANCE DES PANDÉMIES EN ASIE.

Destins croisés, mais aussi entretissés des êtres humains, des oiseaux et des virus. La nouvelle figure française de l’anthropologie, lignée Claude Lévi-Strauss et Philippe Descola, s’appelle Frédéric Keck, directeur du laboratoire d’anthropologie sociale. L’œil promet qui sait retenir les détails et les indices, et l’écriture est aussi lumineuse que passionnante, attendant son œuvre magistrale. Dans une très belle préface, la philosophe Vinciane Despret décrit la marque de fabrique de l’auteur : «  un art de l’imagination.  » En d’autres périodes, la lecture de son livre aurait été un dépaysement, voire une expérience de pensée à la frontière d’un chamanisme homme-oiseau romanesque. Mais la pandémie a rattrapé son document qui est le récit d’années (2007-2013) à enquêter sur les frontières de la Chine, à Hong Kong, Taïwan et Singapour, ou officient à travers un réseau finement maillé, vétérinaires et observateurs de migrations d’oiseaux («  birdwatchers  ») mais aussi microbiologistes, bref, des «  chasseurs de virus  ». Dans ces années-là, la «  zoonose  » ravageuse est le SRAS. Comment interagissent les êtres vivants dans une pandémie ?
page4-caoua20.jpg

Durement éprouvé en 1968 par la grippe, Hong Kong s’est depuis préparée à la vigilance, celle de la détection d’un virus pandémique chez les oiseaux migrateurs ou industrialisés. Mais le regard de l’anthropologue élucide au-delà : «  Hong Kong, Taïwan et Singapour sont trois points de passage pour la diaspora chinoise, qui pouvait ainsi s’identifier avec les oiseaux migrateurs accusés de propager la grippe à travers le globe. L’un des arguments soutenus dans ce livre est que ces trois territoires situés aux frontières de la Chine, et connectés au reste du monde, ont trouvé avec la grippe aviaire un langage pour parler des problèmes qu’ils rencontrent avec le continent chinois, considéré comme une puissance émergente dont les conditions de vie produisent de nouvelles pathologies.  » Frédéric Keck raisonne comme un de ces oiseaux de passage, dont il faudrait déchiffrer les mouvements et signes multiples. L’œil de l’oiseau comme celui de l’anthropologue le voit : loin d’être le centre du monde, l’être humain est lui aussi un microbe instable et décentré.

Les autres prix Idées Les Influences 2020.

Abonnez-vous ! Partager sur Twitter Partager sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site web utilise ses propres cookies et ceux de tiers pour son bon fonctionnement et à des fins d analyse. En cliquant sur le bouton Accepter, vous acceptez l utilisation de ces technologies et le traitement de vos données à ces fins. Vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.   
Privacidad