Influences : n.f.
1. Emprunté du latin médiéval influentia, « action attribuée aux astres sur la destinée des hommes ».
2. Action qui s'exerce entre des personnes ou des substances.
3. Autorité, crédit, ascendant, en parlant des personnes

Les Influences

Lagence de presse des Idées

Industry : fabrique de la liberté

Publié le 15 janvier 2021 par

L’idée : Loin des séries victimaires et pseudo-progressistes dont nous soûle désormais Netflix, HBO propose avec Industry, un beau pari sur l’intelligence et la complexité.

industry2.jpg POP SPIRITE. En 2021 comme en 2020, Netflix s’enfonce toujours plus bas dans le simili-smart, enchaînant les séries prêchi-prêcha ultraformatées dans le but même plus inavoué de vous endoctriner dans la worldview pseudo progressiste des démocrates américains (Strong female lead ! Inclusive Cast ! LGBTQIA+ Hero !) sans la moindre once de recul (on y reviendra dans une prochaine chronique), comme s’ils avaient définitivement renoncé à toute prétention à la qualité comme aux grandes heures de House of Cards (c’était à l’époque leur stratégie : s’imposer comme un acteur crédible de contenus de qualité), comme si tout ce qui comptait désormais à leurs yeux était d’obtenir et de de conserver le «  label rouge  » de champion de la pureté idéologique.

Tandis que Netflix s’enfonce, HBO, elle, continue de faire ce pari un peu fou sur l’intelligence de son spectateur, intelligence au sens de capacité à faire sens soi-même de ce que l’on voit, sans avoir besoin d’être guidé, sans avoir besoin qu’on nous dise quoi penser – la vraie qualité créative et artistique, en fait, qu’elle soit littéraire ou sérinématographique (les séries-cinéma) –, en proposant des petites bombes véritablement multivocales qui vous laissent pantois, indécis, vous balançant en pleine face des histoires et des mises en scène dont la force est de se situer à hauteur d’humain – trop-humain – juste en face du gouffre de notre complexité, de nos contradictions et de nos passions dangereuses.
Tout ça pour dire qu’Industry, série débarquée l’an dernier sur HBO (et récemment sur OCS), est une œuvre qui a l’audace de refuser de se laisser enfermer, comme elle refuse d’enfermer ses personnages – et le spectateur – dans leur couleur de peau ou leur origine sociale.

On découvre peu à peu tout le canevas complexe d’une microsociété, mêlant quota de diversité, talents purs, acharnements personnels et tricheries de toutes sortes

On ne sait jamais ce qu’on regarde dans ce «  roman de formation  » d’Harper, jeune Black « défavorisée » arrivant dans une réalité socioprofessionnelle très fermée : une plongée « exotique  » et ultraréaliste au cœur de la City londonienne ? Un soap-opera soft-porn sur des Gen Z désorientés par les Apps ? Un portrait trash et friqué de la City society ? On découvre peu à peu tout le canevas complexe d’une microsociété, mêlant quota de diversité, talents purs, acharnements personnels et tricheries de toutes sortes. Mais c’est quand il fait le récit du destin de Harper qu’Industry est le plus surprenant, prenant à contre-courant tous les dogmes, les plus conservateurs comme les plus progressistes. Le parcours de Harper, qui intègre la nouvelle livrée de jeunes diplômés d’un grand cabinet de la City, est une lutte sans merci pour sa propre liberté. Ce qui inclut, ô grande hérésie par les temps qui courent !, de refuser la culture victimaire qui voudrait l’enfermer dans son destin décolonial de jeune fille noire forcément fragile, forcément menacée, forcément en besoin d’aide. La série tape au passage sur les dérives de la (fausse) libération sexuelle d’une génération biberonnée au porno, sur le culte de la «  bienveillance  » en entreprise, ou sur la violence autant du management à l’ancienne (la culture des «  frat boys  ») que des approches autoproclamées «  vertueuses  » de celles qui veulent le renverser. Une série authentiquement libre. Mais c’est sans doute plus simple de se laisser enfermer.

PS : Je tiens à préciser que je soutiens bien évidemment toutes les démarches d’inclusion, c’est juste que je ne pense pas qu’il s’agisse, en matière d’art et de création, d’un critère suffisant de qualité.

Abonnez-vous ! Partager sur Twitter Partager sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site web utilise ses propres cookies et ceux de tiers pour son bon fonctionnement et à des fins d analyse. En cliquant sur le bouton Accepter, vous acceptez l utilisation de ces technologies et le traitement de vos données à ces fins. Vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.   
Privacidad