Influences : n.f.
1. Emprunté du latin médiéval influentia, « action attribuée aux astres sur la destinée des hommes ».
2. Action qui s'exerce entre des personnes ou des substances.
3. Autorité, crédit, ascendant, en parlant des personnes

Les Influences

Lagence de presse des Idées

Du Musée de l’Homme à Nuit et Brouillard

Publié le 28 avril 2021 par

L’idée : Découvrir les fragments de souvenirs concentrationnaires d’Yvonne Oddon, l‘une des fondatrices du réseau de résistance du Musée de l’Homme.


Yvonne Oddon. Source : Musée de l’Homme.

La pandémie aura également effacé la commémoration des 70 ans de la création du réseau de résistance du Musée de l’Homme, qui compense en remémorant sur son site les figures courageuses et avant-gardistes qui œuvraient dans les sous-sols du muséum. Autre témoignage, ce livre poids plume, tout fragile, fragmentaire, vacillant mais qui a sondé la nuit concentrationnaire. La bibliothécaire Yvonne Oddon (1902-1982) fut l’une des artisanes de ce premier réseau de résistants intellectuels, avec son compagnon, l’anthropologue Anatole Lewitsky, ses collègues Boris Vildé et Germaine Tillon, sans oublier l’inflexible directeur Paul Rivet, militant anti-fasciste de la première heure et qui n’a pas hésité à écrire à Pétain : « Le pays n’est pas avec vous, la France n’est plus avec vous. » Yvonne Oddon lancera notamment le petit journal clandestin intitulé Résistance. Y écriront Jean Cassou, Claude Aveline et Jean Paulhan. Arrêtée, incarcérée au Cherche-Midi, à la Santé, à Fresnes, jugée le 17 janvier 1942, condamnée à mort, tout comme Sylvette Leleu et Alice Simonnet, elle survivra. Son compagnon et Boris Vildé seront fusillés. Yvonne Oddon est déclarée NN. Nacht und Nebel. Nuit et brouillard. En sursis. « Je ne sais pas quel a pu être le nombre des Françaises condamnées à mort, peut-être ne dépassait-il pas les cinq cents. Nous finissions, de prison en prison, par nous connaître toutes, au moins de nom ou de réputations, parce que nous étions en général groupées et jouissions d’un régime spécial », se souvient-elle. La détenue a vécu un an de détention au secret, trois ans de travaux forcés en cellule et six mois dans les camps. En 1945, elle tient une conférence sobre et précise qui évoque ses années d’emprisonnement.

Le journal clandestin Résistance qu’elle fabrique dans les sous-sols du muséum, mobilise notamment Jean Cassou, Claude Aveline et Jean Paulhan.

Elle n’a pas été torturée au sens gestapiste du terme, mais il lui faut mobiliser ses ressources intellectuelles coûte que coûte. À la prison de Cottbus, la prisonnière exilée résiste le 14 juillet 1944, organisant avec ses sœurs une petite manifestation nationale, « assez fortes pour braver nos gardiennes nazies ». Mais, transférées dans les camps SS, 30 % de ces prisonnières Nuit et Brouillard décèdent dès le premier mois. Les conditions sont abjectes pour les 35 000 à 40 000 détenues. Le camp de travail et non d’extermination – mais c’est tout comme – de Ravensbrück a été construit par les prisonnières sur des marécages, propriétés personnelles d’Himmler. Yvonne Oddon échappe aux mystérieux « transports noirs » qui se révèleront être, pour les plus vulnérables, des déportations vers les chambres à gaz. Le 22 avril 1945, elle est rapatriée dans un convoi de camions de la Croix-Rouge. De rapport d’activité – également publié dans ce petit livre –, en travail de transmission, la bibliothécaire revenue dans son cher muséum n’aura de cesse, jusqu’aux années 1980, d’entretenir avec Germaine Tillon la mémoire de ce réseau de résistance à la fois audacieux, imprudent et novateur.

En 2022, ce sera le 40e anniversaire de la mort d’Yvonne Oddon.

Sur les camps de déportées, Yvonne Oddon, Allia, 75 p., 7 €. Paru avril 2021.


Abonnez-vous ! Partager sur Twitter Partager sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site web utilise ses propres cookies et ceux de tiers pour son bon fonctionnement et à des fins d analyse. En cliquant sur le bouton Accepter, vous acceptez l utilisation de ces technologies et le traitement de vos données à ces fins. Vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.   
Privacidad