Influences : n.f.
  1. Emprunté du latin médiéval influentia, « action attribuée aux astres sur la destinée des hommes ».
  2. Action qui s'exerce entre des personnes ou des substances.
  3. Autorité, crédit, ascendant, en parlant des personnes

Les Influences

Filtré pour vous : L'actualité politique et intellectuelle

#Société

Tendances 2021 : le Covid n’a pas eu lieu

Publié le 27 mai 2021 par

L’idée : Dans 100 ans bien malin le lecteur qui lira le Cahier de tendances  de la Fondation Jean Jaurès comme une archive éclairante sur ce fait social total qu’est la pandémie.

En 2020, le premier Cahier de tendances de la fondation Jean Jaurès avait débusqué la «  crêpe de nuit  » comme l’un des emblèmes à bas bruit de grand changement. Un battement de pâte à crêpe allait provoquer un ouragan culturel. Cette crêpe, les jeunes des banlieues  durant des années, ne pouvaient se la procurer la nuit qu’en centre-ville, tel un anneau d’Heroic fantasy. Enfin la crêperie nocturne s’est implantée dans la France périphérique. Nouveau symbole de la street-food et synthèse de la cuisine mondialisée, on peut tout mettre sur cette farine. Et c’est comme cela que l’on abordait aussi l’expérience de pensée de ce cahier de tendances, dirigé par Thierry Germain avec Jean-Laurent Cassely, et pour cette nouvelle édition, le journaliste Jean-Marie Durand. La première édition s’intitulait La France qui vient, la seconde ne porte pas de titre : aphasie devant un petit virus historique ?  Comme si avec la pandémie, gigantesque impensé mondial aux impacts encore loin d’être mesurés, les ramasseurs-cueilleurs de concepts ne savaient plus très bien où donner de la tête. Les idées neuves seraient des lucioles. En l’occurrence, dans cette année singulière, elles ressemblent plutôt à des nuages de bruine persistante, imprégnant un permafrost intellectuel très instable. L’ambiance générale se débat entre délire dystopique, grande religion de salut terrestre ( il faut tout changer car on est puni, assène-t-on depuis 2020 dans une mystique chez nombre de penseurs) et futur éthéré comme pour mieux ne pas voir le présent.

À force de courir après l’originalité, on finit par ne plus voir l’éléphant dans la pièce : un virus comme événement mondial, aux effets incalculables.

 À la crêpe de nuit a succédé la chaise pliante, l’un des bestsellers d’achat du déconfinement. Soit. La remise en cause des structures patriarcales et le concept de « diplomatie féminine » prolongent le metooisme des années précédentes. Des concepts et des termes oscillent sur leur base ou reprennent des couleurs d’intérêt comme la futurologie, le géomimétisme, le solidarisme, le one health, la souveraineté, l’universalisme, ou encore la destruction du permafrost (l’un des articles les plus forts du Cahier et qui détonne avec l’ensemble). A l’exception du « sans-contact » sommairement visité et du phénomène des zooms towns (villes moyennes réinvesties par le télétravail), les mœurs du confinement, son anthropologie, ne sont pas vraiment interrogées. Comme si l’événement avait à s’excuser de contrarier le cours d’idées tel qu’il se pratique dans les agences de conseil et de com.

 À force de courir après l’originalité, c’est-à-dire ici contourner le grand éléphant dans la pièce, on se demande où est le virus qui fut le maître des horloges et le grand arbitre des élégances, et qui scénarise largement les mois à venir. Le Covid ? Ceci n’est pas une tendance.

Cahier de tendances 2021, Jean-Marie Durand et Thierry Germain (dir.), Fondation Jean Jaurès et L’Aube, 207 p., 19,90 €. Paru 22 avril 2021.

Je m'abonne ! Partage Twitter Partage Facebook Imprimer

Laisser un commentaire

Ce site web utilise ses propres cookies et ceux de tiers pour son bon fonctionnement et à des fins d analyse. En cliquant sur le bouton Accepter, vous acceptez l utilisation de ces technologies et le traitement de vos données à ces fins. Vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.   
Privacidad