Influences : n.f.
1. Emprunté du latin médiéval influentia, « action attribuée aux astres sur la destinée des hommes ».
2. Action qui s'exerce entre des personnes ou des substances.
3. Autorité, crédit, ascendant, en parlant des personnes

Les Influences

Les aventures du politique

#Politique #Poutine #Ukraine

Ukraine : « Nous sommes unis dans la condamnation d’une guerre insensée »

Publié le 28 février 2022 par

L’idée : Un millier d’écrivains dans le monde, via Pen International, ont rédigé une tribune contre l’invasion russe.

La romancière Margaret Atwood, vice-présidente de Pen International manifestant pour l’Ukraine. Compte Twitter @pen_int

Ils sont mille, et même plus d’écrivains de par le monde (y compris la Russie et la Biélorussie), de Salman Rushdie et Lidoudmila Oulitskaïa à Margaret Atwood, des prix Nobel de littérature Orhan Pamuk et Svetlana Alexievitch à celle de la paix, Maria Ressa, à marquer leur solidarité avec l’Ukraine, et réclamer la fin de l’invasion russe et de « l’effusion de sang». Leur lettre ouverte a été mise en ligne dimanche 27 février sur le site de Pen International, le comité mondial des écrivains veillant et défendant la liberté d’expression. « Nous sommes unis dans la condamnation d’une guerre insensée, causée par le refus du président Poutine d’accepter le droit du peuple ukrainien à débattre de sa future orientation et de son histoire sans l’ingérence de Moscou », écrivent-ils dans ce texte en anglais, publié également en russe et en ukrainien.

Source : Livres Hebdo.

Les écrivains sont ici dans leur rôle minimal, pourra-t-on arguer, mais le maillage d’associations Pen International suit le conflit ukrainien depuis ses débuts. Le 22 février déjà, l’organisme rappelait que « huit ans après l’annexion non reconnue de la Crimée par la Russie, en violation du droit international, et le contrôle de facto par des groupes armés pro-russes des républiques autoproclamées du Donbass, la situation des droits humains en Ukraine continue de susciter de vives inquiétudes ». Elle récapitulait les 14 000 personnes tuées, près de 1,45 million de déportées, et des dizaines d’emprisonnements de journalistes, kidnappés ou torturés lors de ce conflit. « Tous les individus ont droit à la paix, à la liberté d’expression et la liberté de réunion ». Pen Russie et Pen Ukraine ne se sont pas restés muets longtemps devant la sidération de l’invasion russe du 24 février. « Si les dirigeants du monde libre ne font pas une ultime tentative décisive pour arrêter la guerre que la Fédération de Russie souhaite tant déclencher, on pourra dire, sans se tromper : la Seconde Guerre mondiale n’a rien appris à l’humanité », prévenait Andrey Kurkov, président du PEN Ukraine. Natalia Ivanova, pour Pen Russie, amplifiait cet écho d’indignation, récapitulant la chaîne des désastres et des destructions de ces dernières années : « Cela a conduit à d’immenses catastrophes humaines et un désastre culturel, ce qui constitue une menace significative pour la paix en Europe. »

Je m'abonne ! Partage Twitter Partage Facebook Imprimer

Laisser un commentaire

Ce site web utilise ses propres cookies et ceux de tiers pour son bon fonctionnement et à des fins d analyse. En cliquant sur le bouton Accepter, vous acceptez l utilisation de ces technologies et le traitement de vos données à ces fins. Vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.   
Privacidad