Influences : n.f.
1. Emprunté du latin médiéval influentia, « action attribuée aux astres sur la destinée des hommes ».
2. Action qui s'exerce entre des personnes ou des substances.
3. Autorité, crédit, ascendant, en parlant des personnes

Les Influences

Les aventures du politique

#Culture #Editor #Idées

Disparition de l’éditeur Yves Michalon

Publié le 11 mars 2022 par

Décédé à l’âge de 77 ans, il lègue l’état d’esprit d’une maison d’édition qui voulait « dépasser les idées reçues».


Après un dépôt de bilan en 2009, la brève reprise par Max Milo, sa maison d’édition avait été finalement rachetée par le groupe L’Harmattan en 2012. « C’est avec une profonde tristesse que les Éditions Michalon annoncent la disparition, mercredi 9 mars, d’Yves Michalon, fondateur de la maison qu’il a dirigée et animée jusqu’en juin 2020 », a indiqué la petite entreprise, aujourd’hui conduite par Anne Leclercq, sur les réseaux sociaux. Décédé à l’âge de 77 ans, il ne mettait plus les pieds dans ses petits bureaux de la rue de l’École-Polytechnique depuis le 18 juin 2020, après une dernière révérence à ses collaborateurs et auteurs. Dans l’édition, Yves Michalon reste comme celui qui a publié le best-seller Bonjour paresse, de Corinne Maier, une ancienne chercheuse d’EDF qui explique comment faire le moins possible dans une structure à l’absurde culture d’entreprise, et dont les ventes ont atteint 250 000 exemplaires. Le titre de ce livre correspond mal à la vie dense et intranquille de son éditeur. « J’oppose aux gourous frileux dont on flatte l’anémie intellectuelle une foi en l’action, en la création, en la liberté et en l’amour. Un amour vrai, constant, inconditionnel, trempé dans l’or vif d’une solidarité humaine qui ne sera plus le masque de nos lâchetés et de nos démissions », écrivait-il dans son autobiographie, Au royaume des crapauds, surgit un merle blanc, publiée dans sa propre maison en 2018.

Rejeton d’une famille gaulliste, il renonça à ses études et plongea dans le monde de la pub. Jusqu’à devenir en 1982, vice-président d’Euro-RSCG. Yves Michalon détesta pourtant les années 1980, glacées, tape-à-l’œil et sans allant, à en croire l’un de ses récits, Boulevard de l’absolu (Albin Michel). La guerre en ex-Yougoslavie, le siège de Sarajevo, les Balkans en ébullition après la chute du mur, le sort de ce brouillard de strasses. Expert de l’Europe de l’Est, diplomate des coulisses, assez tête brûlée, le neveu du Compagnon de la libération Pierre de Bénouville y trouve là toute sa mesure, créant en 1992 l’association «Est-Libertés». Celle-ci se charge d’accompagner la démocratisation dans les pays ravagés de l’ex-empire soviétique.

Du monde de la pub et celui des ONG, il passe en 1995 à l’univers de l’édition, créant sa marque, Yves Michalon, avec ce slogan « Dépasser les idées reçues » solidement arrimé à sa ligne éditoriale, celle du débat. Le succès inattendu en 2004 de Bonjour paresse signe le début de ses ennuis. Peut être un peu trop saisi par l’ubris, l’éditeur à l’éternel cigare enfle trop vite son catalogue et ses investissements, et voit sa maison rapidement lessivée. Suivront une errance chaotique, et une guérilla de réputation de la part d’auteurs, Corinne Maier en tête, se sentant floués. Ces dernières années, sous l’ombrelle de L’Harmattan, il renouait avec son goût du débat, et de thèmes aussi variés que la vieillesse et sa prise en charge par la société, la PMA et la GPA, la souveraineté, la laïcité, réunissant des essayistes aussi variés que Marlène Schiappa, Coralie Delaume ou Jean-Luc Romero.

Je m'abonne ! Partage Twitter Partage Facebook Imprimer

Laisser un commentaire

Ce site web utilise ses propres cookies et ceux de tiers pour son bon fonctionnement et à des fins d analyse. En cliquant sur le bouton Accepter, vous acceptez l utilisation de ces technologies et le traitement de vos données à ces fins. Vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.   
Privacidad