Influences : n.f.
1. Emprunté du latin médiéval influentia, « action attribuée aux astres sur la destinée des hommes ».
2. Action qui s'exerce entre des personnes ou des substances.
3. Autorité, crédit, ascendant, en parlant des personnes

Les Influences

Les aventures du politique

#Politique

Audiovisuel public : Le réalisateur Rémi Lainé s’adresse à l’« apprenti-sorcier » et à la « matamore »

Publié le 19 avril 2022 par

L’idée : L’audiovisuel public devrait voir l’une de ses ressources, la redevance, supprimée en cas de réélection d’Emmanuel Macron, ou être quasi privatisé selon le programme de Marine Le Pen. Réalisateur mais aussi président de la Scam, Rémi Lainé marque son inquiétude pour de tels projets.


Le réalisateur Rémi Lainé. ©SCAM/Benjamin Géminel.


Sur France 5, invité de l’émission C à vous (qui au passage a pulvérisé son audience avec 1 537 000 téléspectateurs, soit 9,1% de part d’audience) lundi 18 avril, le candidat-président Emmanuel Macron a précisé que son idée de supprimer la redevance, ne tarirait en rien les ressources de l’audiovisuel public et qu’un budget voté chaque année serait sanctuarisé. Marine Le Pen, elle, privatiserait à peu près tout. Tout cela n’est pas du goût des concernés. Le réalisateur Rémi Lainé qui est aussi président de la Société civile des auteurs multimédia (Scam), marque ainsi son scepticisme et sa colère devant de tels projets politiques, et le fait savoir sur les réseaux sociaux.

Déplorant que la culture soit le parent pauvre de la campagne présidentielle, il rappelle un angle facilement oublié par les prétendants à l’Élysée : « Compte-tenu du rôle prédominant de l’audiovisuel public et de son rayonnement économique dans le secteur, un emploi dans le public génère deux emplois et demi dans le privé. L’audiovisuel public est un facteur de prospérité tout-court.»

Et de sonner l’alarme : « Les postulants à l’Élysée nous inquiètent. Saisi d’un accès de fièvre démagogique, le candidat Macron dès son premier meeting, joue les apprenti-sorciers et annonce au titre de ses premières mesures pour transformer la France, la suppression de la contribution à l’audiovisuel public. Autrement dit, tarir la source qui le fait vivre et fragiliser comme jamais France Télévisions, Arte, Radio France, l’Ina France Médias Monde. Sans doute conscient de l’exercice périlleux auquel il se livre, le voilà, quelques minutes après, qui prétend vouloir défendre l’indépendance de l’audiovisuel public en lui promettant un ” budget dédié”. Quant à son adversaire du deuxième tour, elle ne dit mot de la vocation de l’audiovisuel public sauf à dire tout le mal qu’elle en pense et promet de lui porter l’estocade en le bazardant au privé.

Monsieur, l’audiovisuel public ne saurait souffrir d’une simplification fiscale qui reviendrait à le lier pieds et poings à son indice de docilité. L’audiovisuel public ne peut pas fonctionner avec un budget soumis chaque année à des arbitrages aléatoires votés au gré des tendances politiques. Il a besoin d’un financement stable et pérenne.

France Télévisions, Arte, Radio France… Pourquoi casser quelque chose qui fonctionne ?

Madame, je soupçonne une immense majorité des 50 000 auteurs et autrices, créateurs et créatrices, journalistes et artistes représentés par La Scam de ne pas partager vos orientations pour s’élever farouchement contre votre projet de privatisation. L’éveil de la pensée, de la critique et du débat, la notion d’information libre, tout cela semble vous offenser. Ça s’appelle la culture et en des âges farouches pas si lointains, certains qui vous ont peut-être inspirée promettaient de sortir leur revolver à la simple évocation du mot.

Oui ou non, France Télévisions, Arte, Radio France, ces joyaux de notre bien commun contribuent-ils à faire rayonner la France ? En quoi ont-ils démérité ? Pourquoi casser quelque chose qui fonctionne ?
85 % des Français louent le rôle essentiel de l’audiovisuel public.

Monsieur, Madame, y aurait-il quelque chose qui vous dérange dans cette différence et cette indépendance incarnées par le service public de l’audiovisuel pour que vos seules propositions pour la culture visent à son affaiblissement ou son démantèlement ?», demande ainsi Rémi Lainé.
Réponse du Netflix élyséen, dimanche 24 avril.

Je m'abonne ! Partage Twitter Partage Facebook Imprimer

Laisser un commentaire

Ce site web utilise ses propres cookies et ceux de tiers pour son bon fonctionnement et à des fins d analyse. En cliquant sur le bouton Accepter, vous acceptez l utilisation de ces technologies et le traitement de vos données à ces fins. Vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.   
Privacidad