Influences : n.f.
  1. Emprunté du latin médiéval influentia, « action attribuée aux astres sur la destinée des hommes ».
  2. Action qui s'exerce entre des personnes ou des substances.
  3. Autorité, crédit, ascendant, en parlant des personnes

Les Influences

Filtré pour vous : L'actualité politique et intellectuelle

#Culture

Pablo Georgieff, le paysagiste qui politise ses jardins

Publié le 13 juin 2022 par

L’idée : Son concept de déprojetation veut rompre avec le savoir-faire technocratique des paysages et célébrer la suprématie du vivant. À lire dans Naviguer dans un jardin (Jean-Michel Place éditeur).


Pablo Georgieff, paysagiste et architecte, fait partie du collectif Coloco, fondé en 1999. Dans un court essai, absolument foutraque, Naviguer dans un jardin, il sème pourtant un joli, buissonnant et pétillant parterre d’idées. Le texte qui, malgré les apparences, prend une forme consistante cisèle le concept de déprojetation (ou Sprogettazione). Soit « une attitude politique menant à la prise de terrain plutôt qu’à la programmation technocratique des usages du territoire », formule dans sa préface, le maître paysagiste Gilles Clément. En décrivant la déambulation de Fernand Personne, assistant de l’auteur, dans un jardin, Georgieff décortique ses principes de créateur et impulseur. La déprojetation « est un néologisme servant à remettre en question la vision linéaire et prévisible derrière chaque projet, édicte-t-il. En se focalisant sur un résultat établi à l’avance, le projet se substitue souvent à la réalité tout de suite, réduisant notre compréhension du réel à la conformité, ou non, à une conception que nous voulons à tout prix imposer.»

Ni plan pré-établi, ni culte de la lenteur, mais une aspiration à l’inattendu, à la sérénité et à l’hédonisme durable.

Au contraire, le jardinier architecte veut induire une « attitude critique permanente sur le chemin du faire ». Agir et réfléchir en alternance. Expérimenter de nouvelles relations avec le vivant. Raisonner avec les possibilités d’une palette végétale. Cela ne signifie pas une conduite de lenteur ou de laisser-aller. Au plan pré-établi qui se moque du vivant et de la façon dont celui-ci peut se développer et se régénérer, mais aussi au slow made qui fait culte de la lenteur, Pablo Georgieff préfère la « sérénité et « l’hédonisme durable. Dans sa promenade jubilatoire, Fernand Personne découvrira un salut affectueux aux thèses de Bruno Latour, une ode à l’asphalte ( créer un jardin transformant 12 000 mètres de parking), des réflexions sur la patience, la prospérité ou la responsabilité, une introduction à l’art de la rencontre ou un éloge de l’indécision. Cultiver un bien commun. Du jardin comme une œuvre collective de l’action politique à la va-comme-je-te-pousse.


Naviguer dans un jardin, Pablo-Georgieff-Coloco, Jean-Michel Place éditeur, 142 p., 12 €. Préface de Gilles Clément. Paru mai 2022, directement chez l’éditeur et sa propre boutique en ligne.

Je m'abonne ! Partage Twitter Partage Facebook Imprimer

Laisser un commentaire

Ce site web utilise ses propres cookies et ceux de tiers pour son bon fonctionnement et à des fins d analyse. En cliquant sur le bouton Accepter, vous acceptez l utilisation de ces technologies et le traitement de vos données à ces fins. Vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.   
Privacidad