Filtré pour vous : L'actualité politique et intellectuelle

#Belgique #Congo #Culture #Edition #Génocide #Léopold II

Marc Wiltz dans les ténèbres du Congo

Publié le 7 août 2022 par

#Essai-pour-voir : Il pleut des mains sur le Congo (Le Passeur poche) restitue la chaîne de lanceurs d’alerte que furent les figures bigarrées de Stanley, Joseph Conrad ou Mark Twain.


Léopold II et les massacres de masse au Congo. L’histoire demeure encore mal connue, parce que surréaliste, inimaginable, sidérante. Propriétaire secret du Congo, n’y ayant jamais mis les pieds mais déclenchant des opérations de prédation démesurées, le roi des Belges a été l’un des pires massacreurs de masse du XXe siècle. La subtilité du petit essai de Marc Wiltz, éditeur des éditions Magellan et lui-même écrivain-voyageur, n’est pas de se substituer aux historiens, de se mesurer au monumental Congo. Une histoire de David van Reybrouck mais d’égrener la chaîne des lanceurs d’alerte qui révélèrent en Europe et aux États-Unis, les tueries, les sévices et les mains coupées, les violences et les pillages à grande échelle. Dans les ténèbres du Congo, dix millions de personnes auraient ainsi perdu la vie entre 1885 et 1908.

Léopold II, Roi des Belges. Caricature de 1908 dans un supplément de L’Assiette au beurre, titré Le Cimetière libre du Congo.

Par une écriture tout à la fois soyeuse et coupante, Marc Wiltz déroule le fil des témoins, présentant avec gourmandise, une galerie de personnages bigarrés, aventuriers ou aventureux. À commencer par Stanley l’ambigu, homme-lige trop efficace du propriétaire royal, et qui fait ce qu’il peut pour gripper ensuite la machine coloniale infernale, mangeuse d’ivoire, de diamants et de caoutchouc. D’autres voix tenteront d’influencer le cours de l’histoire secrète, comme le révérend noir George Washington Williams, effaré par son voyage et auteur d’une « Lettre ouverte à son Altesse Sérénissime Léopold II, roi des Belges et souverain de l’État indépendant du Congo ». Sir Roger Casement, « représentatif de l’aveuglement général » sera lui l’auteur d’un rapport explosif sur la situation congolaise. L’écrivain Joseph Conrad remuera également quelques consciences avec son puissant Au cœur des ténèbres (1902), sans oublier le journaliste d’investigation Edmund Dene Morel associé à Roger Casement en 1904 pour faire plier Léopold avec leur Congo Reform Association.

Avec Le crime du Congo belge (1909), Conan Doyle, le dit sans détour, il s’agit là du plus grand crime de tous les temps. Le père de Sherlock Holmes fait ainsi écho au vieux Mark Twain qui façonnera d’un pamphlet, Le Soliloque du Roi Léopold, le tombeau définitif de Léopold II. « Léopold a été celui qui le premier a violemment inscrit le Congo dans le cercle infernal de la mondialisation, estime Marc Wiltz. La chaîne de violence qui a suivi ses méfaits est toujours en vigueur. » L’or ou le coltan notamment rendent fous les Léopold à petits pieds du XXIe siècle.


Il pleut des mains sur le Congo. Léopold II ou le crime de masse occulté, Marc Wiltz, Le Passeur poche, 205 p., 8,50€.

Je m'abonne ! Partage Twitter Partage Facebook Imprimer

Laisser un commentaire

Ce site web utilise ses propres cookies et ceux de tiers pour son bon fonctionnement et à des fins d analyse. En cliquant sur le bouton Accepter, vous acceptez l utilisation de ces technologies et le traitement de vos données à ces fins. Vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.   
Privacidad