Influences : n.f.
  1. Emprunté du latin médiéval influentia, « action attribuée aux astres sur la destinée des hommes ».
  2. Action qui s'exerce entre des personnes ou des substances.
  3. Autorité, crédit, ascendant, en parlant des personnes

Les Influences

Filtré pour vous : L'actualité politique et intellectuelle

#Politique

Robert Zarader : « Il faut réengager le temps long dans la décision et l’action politique »

Publié le 28 septembre 2022 par

Comment raisonnent-ils ? Robert Zarader, président de l’agence de veille et de conseil Bona Fidé, ex-conseiller de François Hollande et Emmanuel Macron.


© Robert Zarader, président de la société de veille et de conseil Bona Fidé, essayiste, ex-conseiller de François Hollande et Emmanuel Macron by Olivier Roller.

1. Le 29 juillet, vous avez publié une tribune dans Le Monde intitulée « Nous en sommes en plein dans une économie et une société du renoncement ».  La contamination est-elle générale ?

RZ : Le renoncement n’est plus un concept, mais une évidence pour moi. Dans le domaine de la santé, 1 Français sur 3 renonce désormais à se faire soigner, et pas uniquement pour des raisons financières. On observe de plus en plus de renoncement dans  le domaine de ses propres droits sociaux : trop compliqués à obtenir, trop lointains. Et ce qui pose un problème dramatique, un renoncement démocratique.

2. N’y aurait-il pas un bon renoncement comme un bon cholestérol. L’abstention massive aux élections, après tout, ne serait-elle pas le refus d’une démocratie low cost ?

Il y a peut être une dimension intelligente du renoncement, mais observons qu’ aux élections, on vote plutôt contre que pour. Il est des formes de renoncement désirables, que d’aucun apparente à de vrais choix. Ainsi ce que l’on appelle depuis cet été, la « Grande évasion », mais qui, d’une certaine manière, sont des fuites individuelles de l’emploi et un renoncement à faire société et avancer la démocratie sociale. Une génération a renoncé au monde ancien, mais ne visualise pas le le monde de demain, vécu comme une faillite. Démobilisation générale !

Je ne suis pas de la chorale de celles et ceux qui estiment inutile, le Conseil National de la Refondation. Mais il ne faudrait pas que cela devienne le face-à-face de la macronie Vs élus locaux et syndicats. Il ne faut pas renoncer aux ressources de la démocratie, qu’elles soient participatives ou représentatives. Que la NUPES renonce à son spectacle permanent à l’Assemblée nationale,  et tout le monde verra qu’un parlement peut être un lieu précieux de médiation et de délibération.

3. Mais comment renoncer au renoncement ?

Pour sortir de cet état de délabrement, il faut reprendre la main politique sur la chronologie : réengager le temps long de la décision et de de l’action politique. Ça signifierait se résoudre à penser, délibérer, expérimenter, transformer, communiquer un projet plutôt que de renoncer en camouflant son vide abyssal de pensée politique derrière une production à flux tendu de conflits et de radicalités symboliques.


Je m'abonne ! Partage Twitter Partage Facebook Imprimer

Laisser un commentaire

Ce site web utilise ses propres cookies et ceux de tiers pour son bon fonctionnement et à des fins d analyse. En cliquant sur le bouton Accepter, vous acceptez l utilisation de ces technologies et le traitement de vos données à ces fins. Vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.   
Privacidad