Dominique Antoine

Le conseiller qui se mêlait des programmes télé

Le 7 mai 2009

#Elysées #France 2 #Politique culturelle
Portrait dessiné : Darius

Conseiller « éducation et culture » du président de la République depuis mai 2007, 50 ans, il quitte l’Elysée. Cet énarque et ancien conseiller UDF de Picardie a été nommé, le 6 mai 2009, à l’issue du Conseil des ministres, conseiller maître à la Cour des comptes. Dominique Antoine, ou un profil de haut fonctionnaire du ministère de l’Education nationale, qu’il a longuement été, à compter de 1986 auprès de René Monory –qu’il suivra à son cabinet de la présidence du Sénat. L’Inspecteur général de l’Education nationale et de la recherche reviendra rue de Grenelle, auprès de François Bayrou, puis surtout de Xavier Darcos, où il aura suivi la réforme du ministère, avant d’en devenir le Secrétaire général.
Dominique Antoine avait remplacé au pied levé, le 21 mars 2008, Georges-Marc Benamou, conseiller « médias et culture » alors en délicatesse et qui s’était vu barrer la route de la direction de la Villa Médicis, après une bronca mémorable des artistes et des intellectuels, et Carla Bruni en embuscade.

A l’Elysée, il suivait particulièrement la réforme des collèges et surtout de l’université, mais d’autres missions pittoresques et intrusives lui ont été également attribuées.

Ainsi cet animateur de club littéraire aura eu la charge du dossier « promotion audiovisuelle du livre ». Marotte : inciter l’achat de livres en ligne, en développant des programmes spécifiques sur les chaînes de télévision de service public, et leurs sites Internet. Le conseiller avait fait venir à l’Elysée en juin 2008, tout ce que la place de Paris compte de producteurs intéressés par une émission littéraire remplaçant Esprits libres, animée et produite par Guillaume Durand sur France 2. Notons que ni cette fonction du conseiller de l’Elysée, ni la nouvelle émission littéraire de Daniel Picouly, Café Littéraire, n’auront survécu à la saison.



Par Dominique Antoinele 18 octobre 2009

L’auteur anonyme de ce billet est dans l’erreur lorsqu’il affirme que je me suis occupé à l’Elysée de la réforme des collèges et de celle de l’université : il n’y a eu depuis 2007 ni réforme des collèges ni projet de réforme des collèges ; par ailleurs je n’ai jamais suivi l’enseignement supérieur, il y avait un autre conseiller pour cela. Quant aux émissions littéraires : quand on connaît Patrick de Carolis et Patrice Duhamel, on sait qu’ils ne sont pas hommes à se laisser dicter la création ou la disparition d’une émission par un modeste conseiller, fût-il élyséen ! Je ne vois donc dans ce texte que de l’aigreur, de la malveillance, de la polémique, venant peut-être d’un mauvais perdant.

Dominique Antoine

Répondre a ce message

    Par François TISSANDIERle 20 février 2012

    Bonjour,

    A la lecture de votre intéressant article dans le Monde de ce jour, et de la notice de Wikipedia vous concernant, j’ai une interrogation :

    Seriez-vous fils de Gérald Antoine ?

    Question peut-être saugrenue, mais il se trouve que ma belle-mère(décédée), Liliane Déplante, née Desmoulins et petite fille Lequimme, nous a souvent parlé de Gérald Antoine, qui était un de ses cousins.

    Votre parcours semble bien dans la ligne de celui de Gérald Antoine, c’est ainsi que le racourci s’est créé.

    Mon épouse et moi serions très heureux, le cas échéant, de vérifier ce point, et, pourquoi pas, de (re)nouer des relations familiales, pourquoi pas autour de la politique ?

    Cordialement,

    François TISSANDIER


    Répondre a ce message

      le 21 février 2012

      Bonjour,
      Je vois bien qui était le recteur Gérald Antoine, que j’ai eu la chance de saluer une fois, il y a très longtemps, mais je ne me connais pas de lien de parenté avec lui. Il est vrai que le patronyme "Antoine" est assez répandu !
      Dominique Antoine


      Répondre a ce message


Poster un nouveau commentaire