Jean-Marie Hullot, Apple, IPhone et Tao

Le 2 juillet 2019, par Rédaction les influences

Décédé le 17 juin 2019, il avait été le programmateur de l’IPhone, avant de se consacrer à la spiritualité tibétaine et à sa fondation Iris.

#Société

Influenceur. C’est son éditeur, la maison Hozhoni spécialisée dans les livres de philosophie et spiritualités, qui a annoncé sur son site, le décès de Jean-Marie Hullot, survenu le 17 juin 2019. Auteur de deux beaux-livres de photographies et de réflexions, Pèlerinage au Tibet. Autour du Mont Kailash, avec le photographe Olivier Föllmi, et Au premier matin du monde, « fruit de deux expéditions dans les îles de la Sonde avec une équipe de joyeux drilles au pied marin.  » précisent Bernard et Nùriel Chevilliat, cet ancien normalien de l’ENS Saint-Cloud, emporté rapidement par la maladie, a été un pionnier de l’informatique des années 1980-1990. Suite à une thèse en informatique, il a créé le premier éditeur interactif d’interface graphique, en tant que chercheur à l’INRIA -qui rend également hommage sur son site, à ce « visionnaire exceptionnel et grand technologiste ». « Après avoir rencontré Steve Jobs en 1987, il a rejoint NeXT. Il a été l’un des principaux concepteurs du système d’exploitation NeXTStep, qui deviendra plus tard MacOS X » décrit le communiqué de l’éditeur de la Chapelle-sous-Aubenas.

En 2001, Steve Jobs lui demande de revenir à Apple et de diriger la cellule secrète de développement de l’IPhone à Paris

Il est resté chez NeXT jusqu’à son acquisition par Apple en 1996. Lorsqu’il revient en France en 1997, le petit génie de la Silicon Valley conseille et équipe de nombreuses équipes de scientifiques françaises, en technologies innovantes, et milite pour la création de start ups. En 2001, Steve Jobs lui demande de revenir à Apple. « Il est crédité de l’idée originale de l’iPhone, dont il dirigera la cellule de développement secrète à Paris » insiste le communiqué - il appartiendra aux historiens de départager la légende des faits. Dans ce cadre, il a notamment travaillé sur la réplication et la synchronisation de données entre ordinateurs, téléphones et objets interconnectés sur Internet, travaux qui préfigurent à l’avènement du « Cloud ».
À l’instar de nombreux acteurs de cette industrie, Jean-Marie Hullot infuse dans les spiritualités taoïstes et tibétaines, « fasciné par le « chemin des nuages blancs » du lama Anagarika Govinda » précise son éditeur. Il sillonne ses régions de prédilection et les photographient. Soutien aux forêts primaires et aux projets éco-agricoles, mécénat d’évènements culturels et financement d’expéditions scientifiques liés à la défense de l’environnement : depuis 2012, il avait créé avec son épouse Françoise Brenckmann, la Fondation Iris, toute dédiée à la protection de la planète, et sous l’égide de la Fondation de France. Une manifestation, soutenue par la Fondation Iris et qui se tiendra en novembre prochain, le festival de photos Montier, illustre toutes les passions de Jean-Marie Hullot : la photographie, l’environnement et la biodiversité à protéger, l’attention à porter. « Préserver la fragile beauté du monde », tel était son projet.




Poster un nouveau commentaire