La France qui vient avec la Covid

Le 12 juillet 2020

Dans un essai collectif, La France qui vient (Fondation Jean-Jaurès/L’Aube), Jean-Laurent Cassely et Thierry Germain ont dessiné la mentalité d’un pays juste avant qu’il ne soit bousculé par la Covid-19.

TENDANCES. Paru juste avant la Covid-19, un article de l’ouvrage collectif avait particulièrement attiré l’attention, celui de la « crêpe de nuit ». Cette crêpe que les jeunes des banlieues ne pouvaient qu’aller débusquer la nuit en centre-ville, tel un anneau d’Heroic fantasy, est depuis implantée dans la France périphérique. Nouveau symbole de la street-food et synthèse de la cuisine mondialisée, on peut tout mettre sur cette farine. Et c’est comme cela que l’on aborde aussi l’expérience de pensée d’un cahier de tendances. Mais la pâte à crêpe de La France qui vient s’est retrouvée sous clé de mars à juin, durant le Grand confinement (comme on dira dans les livres d’histoire du futur).

« Dans ce cahier riche d’une trentaine de signaux faibles, de passions contemporaines et d’air du temps, nous avons dessiné ce futur qui fuit déjà » annonçaient les promoteurs de l’ouvrage qui mobilise des journalistes, des ramasseurs-cueilleurs de concepts plutôt que des chercheurs académiques. Ils ne croyaient pas si bien dire. Figé, le film ne reprend plus vraiment son cours prédestiné. Pas un ralenti technique avant l’accélération ordinaire, pas de reset non plus. Un entre-deux qui peut produire des monstres politiques, des chimères intellectuelles, des bifurcations inattendues ou de la stagnation périlleuse. Et c’est en cela que le statut du livre qui était censé s’imposer en autorité intellectuelle séductrice a changé pour devenir petit document historique lesté de gravité. Il reste 70% de l’article à lire dans Le Caoua des idées n°1.
Dégustez tous les vendredis, un Caoua des idées.1,50€ le numéro sous format PDF. Disponible au Comptoir des Influences : ici.




Poster un nouveau commentaire