Le CNAM produit un podcast sur les bullshit jobs

Le 19 décembre 2019

L’idée : Métiers à l’image négative, sales boulots, conditions de travail dégradées, nouvelle pénibilité... Des chercheurs font part de leur analyse.

#Société

TRAVAIL Le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) a lancé son podcast de réflexions sur les « Métiers anonymes ». Sept épisodes sont disponibles. Profitant de sa pépinière de sociologues, psychologues du travail, économistes, chercheurs et enseignants, ce nouveau petit média la met à contribution pour éclairer sur des métiers aux stéréotypes négatifs, les bullshit jobs, et interroger les conditions de travail dégradées ou mutantes.
Ainsi Nicolas Roux, sociologue au Centre d’études de l’emploi et du travail (CEET) analyse dans un épisode, les « invisibles des campagnes » que sont les saisonniers agricoles. Les secrétaires-assistantes, elles aussi, ne seraient-elles pas « une espèce en voie de disparition » ? se demande François Granier, chercheur associé et chargé d’études au Cnam au Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (Lise).
Rémi Le Gall, docteur en économie au CEET, s’entretient lui de l’enfer à la Big Brother des plateformes d’appel, tandis que l’écrivain Benoît Peeters instruit du métier difficile, si ce n’est impossible, d’auteur. François Baritiu, professeur d’EPS réfléchit sur l’image du prof de gym (tout dans les jambes, rien dans la tête ?).

Le blues des flics, les ouvrières du soin, les invisibles des campagnes et des entreprises

Deux entretiens du podcast sont particulièrement d’actualité. À la lumière des conflits sociaux et des Gilets jaunes, Christian Fassier, psychologue du travail et doctorant au Cnam, détaille le « blues des flics » et le métier de policier.·
Dominique Lhuilier, « psychologue des sales boulots » (Lire portrait) et professeure émérite au Centre de recherche sur le travail et le développement (CRTD) du Cnam, nous parle des aides-soignantes en Ehpad, ces « ouvrières du soin ».

Disponible sur le blog du Cnam et également sur iTunes, Spotify, Deezer et Google Podcast.



Par robertle 29 décembre 2019

mais il faut dire aussi que la satisfaction au travail est fonction de nombreux facteurs sur lesquels la gestion des ressources humaines peut agir : La multitude d’expérimentations et de pratiques empiriques en entreprise, s’accordent pour conclure que la satisfaction au travail est basée sur toute une série de conditions de travail favorables : http://www.officiel-prevention.com/formation/formation-continue-a-la-securite/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=139&dossid=464

Répondre a ce message


Poster un nouveau commentaire