Les intellos précaires et travailleurs indépendants créent leur syndicat

Le 3 mars 2020

Le collectif Indépendants.co organise sa première réunion le 4 mars à Paris.

#Société

SOCIAL L’essayiste Jean-Laurent Cassely, l’expert en questions sociales Denis Maillard ou encore la scénariste Mathilde Ramadier font partie des premiers signataires de leur tribune. Publiée sur Slate, un manifeste explique et annonce la création d’indépendants.co. On n’y trouve pas beaucoup de plombiers ou de permaculteurs, mais plus de signataires relevant des métiers de la communication, de la publicité, du design, des arts graphiques ou encore du conseil. Bref, une forte majorité d’intellos précaires, aguerris à des années de précariat et d’incertitudes, lassés d’être les laissés pour compte des syndicats traditionnels et de la sociologie du travail.
« Peu importe notre métier finalement, nous partageons une ambition commune : l’autonomie. Pour nous, l’autonomie n’est ni synonyme d’individualisme, ni synonyme de solitude. Nous sommes d’ailleurs nombreux à être membres de collectifs au sein desquels nous tissons des liens solides », se décrivent-ils.

Constatant que la montée du travail indépendant est une tendance de fond qui transforme la société, celui-ci préfigure les transformations générales de demain, avec une situation ambivalente où le précariat le dispute à « une quête de sens et d’autonomie. »

Ces travailleurs indépendants sont lassés d’être les oubliés des syndicats traditionnels et de la sociologie du travail.

« Certains d’entre nous sont confrontés à une précarisation croissante, à la montée du poids des plateformes et notre avenir n’est pas un eldorado tranquille, précise le texte. « Nous aspirons à l’autonomie mais nous ne voulons pas renoncer à la sécurité. C’est pourquoi nous lançons un syndicat : Indépendants.co pour nous fédérer et peser dans le débat public. »

Le logiciel doit être revu de fond en comble : « Le système de protection sociale actuel a été pensé à l’ère de l’économie de masse où le salariat et le plein emploi étaient la norme. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Le salariat prédomine encore largement –et il reste le cadre de référence de toutes les politiques sociales– mais de plus en plus de travailleurs ont des velléités d’indépendance. Le lien de subordination, constitutif du contrat salarié, était acceptable en échange d’une contrepartie : une série d’avantages et la sécurité de l’emploi. Ce modèle est remis en question. »
Indépendants.co aspire à être l’interlocuteur représentatif de ces travailleurs d’un nouveau type :« Nous croyons encore au bien-fondé de la négociation collective et du dialogue social ». Un peu de l’ancien monde dans ce nouveau monde de brutes.

Une première réunion se tiendra le 4 mars 2020 au 38 rue des Jeûneurs (75002) de 19 à 21 heures. « Nous tenons à rencontrer, sur tout le territoire, les indépendants et les collectifs déjà existants. Nous voulons discuter, partager nos problématiques, formaliser nos besoins et défendre des revendications que nous aurons coconstruites » explique Indépendants.co




Poster un nouveau commentaire