Saint-Just, le Trotski de 1789

Le 20 février 2020

L’idée : comment un jeune juriste épris de justice sociale finit en révolutionnaire implacable.

BIOGRAPHIE Figure centrale de la Révolution, alter ego de Robespierre, Saint-Just incarne le dessein de 1789 dans toutes ses dimensions et circonvolutions, du jeune juriste passionné au révolutionnaire implacable. Antoine Boulant retrace avec rigueur la biographie de l’« archange de la Révolution », comme l’a surnommé Michelet. Né en 1767, il entame de brillantes études et se retrouve à Paris lors de la prise de la Bastille. Élu député en 1791, il devient grâce à un talent d’orateur certain l’une des voix de l’Assemblée. Si malheureusement aucune bande son ne permet de restituer ses qualités tribuniciennes, tous ses contemporains en attestent. Juriste, Saint-Just travaille à la nouvelle constitution de 1793, il se fait surtout remarquer par sa plaidoirie lors du Procès de Louis XVI. Orateur enflammé, il est envoyé par la Convention pour redresser le moral de la troupe, tâche dont il s’acquitte avec brio, ce qui dans l’étude des révolutions n’est pas sans évoquer une image analogue à celle d’un Léon Trotski.

Responsable des armées, Saint-Just souhaite la même discipline chez les révolutionnaires

De retour à l’assemblée, il fait bloc avec son ami Robespierre contre les Girondins, puis contre les Indulgents regroupés derrière Georges Danton et Camille Desmoulins et prennent avec les avocats Bertand Barrère, Georges Couthon Jacques-Nicolas Billaud, Pierre-Joseph Prieur et quelques autres la direction du Comité de Salut Public. Responsable des armées, Saint-Just est souvent en mission au front où il fait appliquer une discipline strictement militaire. Il souhaite la voir mise en œuvre de manière analogue dans le camp révolutionnaire, justifiant et prônant la terreur révolutionnaire tout en étant hostile aux représailles conte les populations civiles. Victime des jeux de pouvoir entre les révolutionnaires, il est arrêté et exécuté en même temps que Robespierre le 9 thermidor. L’auteur campe un portrait très contrasté d’un des personnages les plus controversés de la Révolution française.

Sylvain Boulouque

Saint-Just. L’archange de la Révolution, Antoine Boulant, Passés Composés, 352 p. 22 €




Poster un nouveau commentaire