Vous êtes dans Les influences > Commentaire


Envoyer un commentaire


votre commentaire
    texte
vous



Robin des Bois : un nouveau modèle économique mondial

lundi 18 avril 2011, par Emmanuel Lemieux

Qui partage la même passion pour le justicier de Sherwood ? Jacques Attali, Thomas Coutrot, Joseph Stiglitz, Paul Krugman et un millier d’économistes dans le monde entier. Ils le font savoir dans une pétition adressée au G20.

Quel est le point commun entre Jacques Attali, Jean-Hervé Lorenzi, directeur du Cercle des économistes, Michel Husson et Thomas Coutrot, deux chercheurs "atterrés" proches d’Attac ? Robin des Bois ! Ces économistes français rejoignent dans cette commune affection les prix Nobel Paul Krugman et Joseph Stiglitz, ou encore Jeffrey Sachs, directeur de l’Earth Institute, conseiller spécial de Ban Ki Moon et professeur à Columbia.
Le justicier de Sherwood est l’emblème d’un projet coordonné par l’ONG Oxfam et le nom d’une pétition internationale plutôt spectaculaire. Un millier d’économistes de 53 pays ont signé une lettre-pétition adressée aux ministres des Finances du G20. Ils réclament la mise en place d’une taxe sur les transactions financières afin de lutter contre la pauvreté, le changement climatique et soutenir les populations frappées par la crise économique. Cette lettre remise le 13 avril dernier aux ministres, en amont de leur réunion à Washington, est également adressée à Bill Gates. En effet, le pape de Microsoft est chargé par le G20 d’une mission sur les financements innovants.

Des centaines de milliards de dollars à la clé

"Des professeurs d’universités ou d’écoles aussi prestigieuses qu’Harvard, la Sorbonne, Polytechnique, Oxford, Cambridge, Berkeley, Kyoto ou encore le CNRS sont signataires de cet appel, notamment Dani Rodrik, professeur d’économie politique à Harvard, Ha Joon Chang de l’université de Cambridge, Christian Fauliau, ancien économiste de la Banque mondiale et une centaine d’économistes français" précise le site d’Oxfam France. La crise financière mondiale est sans doute passée par là, et l’acquiescement en faveur d’une telle taxe s’est considérablement élargi. La philosophie de cette pétition Robin des Bois a ses appuis auprès d’une majorité de députés européens, mais aussi des gouvernements allemands et français, ainsi que de la BCDE. Même son de cloche dans les opinions européennes.

"Même à des taux très bas de 0,05% ou moins, cette taxe pourrait collecter des centaines de milliards de dollars chaque année et tempérer les excès spéculatifs, explique la lettre-pétition. Le Royaume-Uni prélève déjà une taxe sur les transactions sur titre de 0,5%, c’est-à-dire dix fois ce taux, sans entamer outre mesure la compétitivité de la City de Londres."

Prendre connaissance de la pétition :
www.oxfamfrance.org/Campagne-Taxe-Robin-des-Bois,1029