Vous êtes dans Les influences > Commentaire


Envoyer un commentaire


votre commentaire
    texte
vous



Préférer une pompe à essence à un portrait de Rembrandt

vendredi 9 novembre 2012, par Emmanuel Lemieux

Le portrait de fiction plus vrai que nature d’Edward Hopper

Culture. Année de crise multicrise, année de tous les désarrois qui résonnent étrangement, sensuellement avec les tableaux d’Edward Hopper, le peintre américain que le Grand Palais célébre dans une grande rétrospective depuis le 8 octobre 2012 jusqu’au 20 janvier 2013. Des personnages pareils à des épluchures de solitude, qu’éclaireraient l’espace américain transformé en studio de cinéma. Le romancier Thomas Vinau (1978), toulousain d’origine, vit au pied du Luberon à Pertuis, ce qui ne l’empêche pas d’expérimenter le blues hopperien, celui qui illustrait notamment les couvertures des livres édités par Christian Bourgois dans les années 1980. Sur des illustrations de Jean-Claude Götting, il déroule son portrait biographique du peintre, à base d’haïkus et de lettres imaginaires, de notes apocryphes et de matériaux du peintre. Sur cette ligne de crête entre fiction et petits faits, émerge la figure intime d’un peintre plus impressionné par sa vision de la station-service d’Ogupint qu’un portrait de Rembrandt .
Une fulgurance parmi d’autres :
« On dit de Ed
Qu’il peint des personnes,
Des visages,
Mais c’est faux,
ou alors c’est raté.
Ce qui l’intéresse,
C’est de peindre les ombres
Comme des gens.
 »

Bric à brac hopperien, de Thomas Vinau, Editions Alma (Paris), 96 pages, 13 €. 6,49 euros : livre numérique