Vous êtes dans Les influences > Commentaire


Envoyer un commentaire


votre commentaire
    texte
vous



Henri de Wailly : « L’histoire n’est pas de taille à se battre contre les légendes »

jeudi 28 février 2013

Historien, auteur de " 1945 : L’Empire rompu " (Perrin)

GIF " Pourquoi fait-on de l’histoire ? Eh bien je crois, parce que l’on ne croit pas à ce que l’on enseigne, ou à que l’on dit, et que l’on répète sans vraiment savoir. Parce qu’il y a trop de trous, trop de négligence, un parfum de censure, ou que l’on a trop oublié.

On fait de l’histoire pour savoir, pour tenter de comprendre, soulever les coins du tapis sur lequel tout le monde marche. Alors, avec toute l’honnêteté intellectuelle dont on est capable, on cherche, on trouve et l’on écrit. On écrit sans juger, sans donner d’opinion, pour mettre sous les yeux de ceux qui vous lisent ce que l’on a appris. Un historien, je crois, ne doit pas imposer de jugement, mais laisser au lecteur le soin de conclure.
C’est alors que l’on découvre si l’on a bien ou mal travaillé.

Ceux qui croient que votre vision est juste disent que vous êtes bon, et ceux qui préfèrent ce qu’ils croyaient déjà, avant de vous lire, disent que vous êtes partisan. Faute de juger l’histoire, ils préfèrent juger l’historien. C’est selon. Les écueils de la réflexion sur l’histoire sont de deux sortes. Il y a ceux qui jugent d’après une doxa, et ceux qui jugent d’après une légende, et il faut ignorer tout cela. Mais, de vous à moi, je crois que, quoi qu’on fasse, cela ne changera rien. « L’histoire n’est pas de taille à se battre contre les légendes ».
L’important est de feuilleter des pages de l’histoire qui n’ont pas été lues.
"

Henri de Wailly, historien, auteur de " 1945 : L’Empire rompu " (Perrin, 2012) et spécialiste de la décolonisation de la Syrie.