Vous êtes dans Les influences > Commentaire


Envoyer un commentaire


votre commentaire
    texte
vous



Esther Benbassa en fait-elle des kilos ?

lundi 31 août 2009

La directrice d’études de l’Ecole Pratique des Hautes-études lance un appel à la constitution d’une "cellule de veille" pour la sauvegarde de la liberté intellectuelle des chercheurs et enseignants-chercheurs de la fonction publique. Mouvement de fond ou pétard mouillé ?

Esther Benbassa (Darius pour L’Agence Idea)

Esther Benbassa en fait-elle trop avec voeux pieux et entêtement, ou bien amorce t-elle là un vrai mouvement de protestation dans la recherche relevant de la fonction publique ? L’impétueuse directrice d’études à l’EPHE (Ecole Pratique des Hautes-Etudes) ne veut pas désarmer après sa mobilisation de soutien au chercheur Vincent Geisser qui est passé le 29 juin dernier devant la Commission Administrative paritaire, en vue de le sanctionner pour des propos tenus contre Joseph Illand, le Fonctionnaire de Sécurité de Défense (FSD) du CNRS. Elle en appelle désormais à la constitution permanente d’un "Comité pour la sauvegarde de la liberté intellectuelle des chercheurs et enseignants-chercheurs de la fonction publique".

L’avertissement d’Arnold Mingus

Pour ce qui concerne Vincent Geisser, la Commission réunie avait été menée de telle sorte que sa constitution n’était pas conforme, entraînant contestation des syndicats et arbitrage de la DRH quant à la parité des votants, puis après des heures de palabres (14 heures de rang), la dite-commission avait décidé de ne prévoir aucune sanction à l’encontre du chercheur. Le directeur général du CNRS, Arnold Mingus, ne l’entend pas de cette oreille. Début août, Vincent Geisser a reçu une lettre d’avertissement de sa direction, en date du 21 juillet (http://www.parisduvivreensemble.org/PETITION/avertissement.pdf). "Je risque tout au plus un averto comme à l’école, commentait Vincent Geisser à IDEE A JOUR au lendemain de la commission. Même s’il ne m’arrive rien de grave, reste qu’évidemment mes actes et mes démarches seront examinés de plus près désormais."

Par ailleurs, le plus sérieux reste à venir pour Vincent Geisser : Joseph Illand a porté plainte au pénal pour les propos tenus par le chercheur sur Internet, propos qu’il estime infamants, l’assimilant à un policier de Vichy, et qui ne relevaient pas de son travail stricto sensu au CNRS. Les deux hommes devraient en découdre devant la XVIIe chambre.

" L’autisme de nos institutions universitaires trouve là une nouvelle illustration" proteste Esther Benbassa dans un communiqué, faisant valoir les 5.500 signatures et les soutiens de représentants de différents organismes de recherche internationaux qui en l’occuernce n’ont eut aucun écho. Elle propose une rencontre avec les chercheurs à l’automne en vue de créer une "cellule de veille".

De Vincent Geisser à Neve Gordon

Comme nouveau grain à moudre, elle invite également à soutenir le politologue et pacifiste Neve Gordon en délicatesse avec sa hiérarchie de l’Université Ben-Gourion du Néguev pour avoir publié un article dans le Los Angeles Times dénonçant la politique de son pays et pour avoir appelé au boycott d’Israël ( traduction française sur : www.ujfp.org/modules/news/article.php?storyid=589.) "On peut tout à fait ne pas être d’accord avec ce qu’il propose, mais les mesures qu’on préconise pour le faire taire ne sont pas dignes d’un pays démocratique. Une pétition internationale circule pour le soutenir" explique encore Esther Benbassa.

Lire dans notre rubrique Veille,
Joseph Illand harcelait-il Vincent Geisser ?
Vincent Geisser
Vive polémique entre Esther Benbassa et Elisabeth Roudinesco

Consulter :

www.liberteintellectuelle.net
Pétition de soutien à Neve Gordon