Vous êtes dans Les influences > Commentaire


Envoyer un commentaire


votre commentaire
    texte
vous



Jean Artarit, le psychanalyste de Robespierre

vendredi 1er janvier 2010, par Emmanuel Lemieux

Ce psychiatre des hôpitaux de Paris a écrit la biographie pathologique du révolutionnaire.

Bio-express. Jean Artarit. Psychiatre et psychanalyste, il est également l’auteur d’articles sur le clergé vendéen. Deux biographies : Dominique Dillon. Curé, Vendéen et révolutionnaire, et Clemenceau le Vendéen (CVRH). Sa biographie de "Robespierre ou l’impossible filiation" fait l’objet d’une 2e édition (CNRS, 2009).

« Je suis vendéen d’origine, donc forcément ça a joué à plein dans mon envie d’écrire une biographie de Robespierre » explique le psychiatre Jean Artarit. Publié en 2003 aux Editions de La Table Ronde, dans une quasi-indifférence, les éditions du CNRS viennent de remettre à l’honneur cet ouvrage sombre, excitant et fatalement controversé. On croyait Maximilien Robespierre (1758-1794) mort et enterré sous la chaux vive des passions françaises, il n’en est rien.
Dernier épisode en date, la passe d’armes en octobre 2009 au Conseil de Paris.

Faut-t-il baptiser une nouvelle rue de la capitale du nom de Robespierre (qui a déjà droit à sa station de métro) ? Le maire, une partie des conseillers de gauche et des Verts et toute l’UMP ont repoussé cette proposition défendue mordicus par Georges Sarre, Michel Charzat et quelques élus écologistes. Sur son site, le Club des jacobins a salué la tentative de réhabilitation robespierriste. On croyait Robespierre dépassionné au XXIe siècle. Certes, la vénérable société d’études robespierristes de la Sorbonne (reconnue d’utilité publique depuis 1935) a fêté ses 100 ans en 2006. Mais les derniers grands combats de réhabilitation par des historiens robespierristes remontent aux commémorations de la Révolution en 1989.

Après Robespierre, Pol Pot

Effigie de Robespierre

Pourquoi au XXIe siècle, la figure de Robespierre suscite t-elle autant de polémiques ? Arguments de Jean Artarit : « Je crois que la grande raison est qu’il n’y a pas eu de procès du grand homme. Il a été mis hors-la-loi et exécuté. Par conséquent, il est devenu le révolutionnaire martyr qui permet encore toutes les espérances et comme dirait Freud, « l’avenir des illusions ». Voila pourquoi il se trouve encore des intellectuels et des politiques pour revendiquer, entre naïveté et perversité, son héritage et vouloir baptiser une rue à son nom. " Le psychanalyste estime avoir été aux meilleures sources personnelles et témoignages pour éclaircir la personnalité de L’Incorruptible. Verdict : "Sa structure psychique relève d’une pathologie mélancolique de grand narcissisme qui l’aura menée jusqu’au suicide, car ne pouvant plus se tenir, il a pris une conduite suicidaire.

Une psychohistoire de Robespierre suffit-elle à expliquer à elle toute seule la révolution, et la séquence de la Terreur ? "L’histoire de la révolution française a été fossilisée par les universitaires robespierristes. Or, je pense, même si c’est passé de mode, que l’étude des ressorts psychologiques et des profils psychiatriques constitue un élément aussi important et dynamique en histoire que le cours du blé, le contexte social ou la météorologie."

Pour l’auteur, le fantôme de la révolution française n’est pas près de se dissiper. "Que l’on ne se fasse pas d’illusion, les « robespierrots » sont près à ressortir demain matin, affirme Jean Artarit. Il y a dix ans, visitant Angkor, mon guide, un ancien Khmer rouge, m’a dit : « Le Cambodge, c’est la faute à Robespierre »... Je suis d’ailleurs en train de réaliser la biographie psychanalytique de Pol Pot. »