Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

1976, l’année de la décision politique qui a tué l’ambition économique française

mardi 18 décembre 2012, par Christian Harbulot

La dissolution par l’Etat du système Mars, véritable réseau d’échanges, de débats et de savoir entre industriels de l’électronique, ministères et politiques, se paie encore aujourd’hui

JPEG - 25.6 ko

" La fin d’une ambition…pour l’économie française". Ainsi titrait Le Monde en 1976 en soulignant la dissolution de la Commission Permanente de l’Electronique du Plan. Cette Commission était un lieu d’échanges entre les directeurs généraux des grandes entreprises du domaine, des représentants des organisations professionnelles, des PME et de des Ministères. Les sujets débattus portaient sur la stratégie de la France dans les secteurs-clés de l’informatique, des télécommunications, de l’aéronautique et de l’électronique. Selon le journal Le Monde, cette Commission fut à l’origine d’une prise de conscience essentielle dans les années 60 sur la nécessité de doter notre pays d’une industrie électronique puissante pour s’affranchir de la domination américaine.

Le Commissariat du Plan avait même créé un système informatique baptisé Mars qui était une banque de données constituée à partir des flux d’information générés par 250 entreprises, 30 services administratifs et 23 syndicats professionnels. L’information circulait dans les deux sens puisque les industriels y avaient accès sous certaines conditions et pouvaient ainsi affiner leur rapport à innovation et leur approche du marché mondial. Côté étatique, le système Mars permettait de mesurer l’efficacité des crédits injectés dans l’électronique. Il fut même un temps question de l’étendre à l’ensemble de l’industrie française.

Cette approche décidée sous la Présidence du Général de Gaulle avait une dimension beaucoup plus innovante sur le plan stratégique que l’approche comptable de 2007 qui visait notamment à réduire les dépenses par une révision générale des politiques publiques (RGPP). A l’époque, le Commissariat du Plan disposait de fonctionnaires pionniers comme Jean Michel Treille qui menait des voyages d’étude aux Etats-Unis et en Asie pour identifier les pratiques performantes en management de l’information.
Est-ce un hasard si la décision de dissoudre cette Commission du Plan ainsi que son réseau et la gestion centralisée du système Mars, est tombée au moment où le très libéral Raymond Barre devenait Premier Ministre ?

Le Monde nota à cette occasion que des multinationales d’origine française n’avaient jamais accepté de jouer le jeu d’une stratégie de puissance centrée sur la France et préféraient coopérer avec les firmes américaines. Ce commentaire journalistique est important lorsqu’on tente aujourd’hui de remonter le fil rouge pour tenter de comprendre quand et pourquoi le pouvoir politique français s’est dessaisi de son rôle directeur en matière de politique industrielle. Au milieu des années 70, Giscard d’Estaing et ses proches jetaient aux orties une approche géoéconomique de la compétition mondiale. Ainsi apparaissait une ligne de fracture aujourd’hui déterminante entre les partisans d’un marché mondialisé et les défenseurs de l’économie française.


Poster un nouveau commentaire
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.