Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

A la conquête du monde immatériel

dimanche 9 novembre 2014, par Christian Harbulot

L’émergence d’un second monde est une première dans l’histoire de l’humanité.

JPEG - 25.6 ko

L’émergence d’un second monde est une première dans l’histoire de l’humanité. Au début des années 80, le géographe Yves Lacoste a lancé un atlas géopolitique qui sortait enfin le monde académique français d’une approche figée et aseptisée de la géographie du Monde matériel. Cette innovation a ouvert la voie à une lecture plus stratégique des rapports de force entre puissances. Il n’existe pas pour l’instant de cartographie du monde immatériel. Des chercheurs géographes français travaillent aujourd’hui sur une cartographie du tracé des câbles et les interconnexions du réseau internet. Il s’agir d’une première étape encore très modeste par rapport aux enjeux à venir.

Le monde immatériel ne se limite pas à sa dimension technologique. Ce dernier n’échappera pas aux problématiques qui sont à l’origine de l’évolution du premier monde. Si le développement technique et économique a structuré une partie de notre Histoire, il est nécessaire de s’interroger sur la manière dont les stratégies de conquête ont pesé sur la définition des frontières des pays, sur la maîtrise des échanges continentaux et maritimes et sur la capacité des empires à dominer les peuples de manière coercitive ou pacifique.
Le monde immatériel n’échappera pas à cette dialectique. Une question reste pour l’instant sans réponse : existe-t-il des stratégies de conquête du monde immatériel, quels pays sont à la manœuvre, quels groupes d’intérêt appuient ce type de démarche ? Force est de constater que son décryptage n’est pas simple. Les nations conquérantes se gardent bien d’exposer publiquement leur politique d’accroissement de puissance. Elles se donnent même beaucoup de mal pour masquer cette réalité. Il faut suivre avec beaucoup d’attention certains débats initiés par des membres de la société civile pour y voir clair. L’opacité de l’ICANN a donné lieu à une polémique instructive sur la détention du pouvoir dans l’attribution des noms de domaine. L’organisation associative de cet organisme ne garantit pas son fonctionnement démocratique. Les Etats-Unis ont inventé Internet. Ils ne l’ont pas fait dans une logique caritative. Il serait très naïf d’imaginer qu’une puissance accepte de se laisser déposséder d’un tel point fort.

Le monde immatériel ne se limite pas à sa dimension technologique. Ce dernier n’échappera pas aux problématiques qui sont à l’origine de l’évolution du premier monde.

Pour mieux cerner la complexité du monde immatériel, l’Ecole de Guerre Economique a entamé un travail de recherche afin d’aboutir à une première cartographie du monde immatériel. Les rapports de force géopolitiques, linguistiques, commerciaux seront au cœur de cette réflexion. Les mondes anglosaxon, russe ou chinois ne sont guère pressés de produire de la connaissance sur ce sujet dans la mesure où les pays leaders produisent des discours très épurés par rapport aux enjeux de puissance sur la question cruciale de la domination géoéconomique du monde immatériel.


Repères :

Retrouvez Christian Harbulot sur www.ege.fr


Poster un nouveau commentaire
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.