Accueil > Blogs & Opinions > Le Rhéteur cosmopolite > Autopsie du pia-pia dans la campagne présidentielle


Autopsie du pia-pia dans la campagne présidentielle

Le 26 mars 2012, par Philippe-Joseph Salazar

Des idées, le candidat Nicolas Sarkozy ? Non, des "propositions" comme on dit dans les écoles de commerce, ou encore des " rituels de reconnaissance idéologique" comme le décrypta Althusser

#Le Rhéteur cosmopolite #Louis Althusser #Nicolas Sarkozy
GIF - 64.8 ko
(Source Klincksieck)

Je suis un « pia-pia » comme croyait le dénoncer devant ses partisans survoltés, à Villepinte, le candidat-Président. Il est vrai que pour avoir jadis sali mes culottes sur les bancs de Louis-le -Grand et fait la bamboula rue d’Ulm, avoir attendu des heures rue de Tournon pour aller écouter Roland Barthes nous parler d’amour, je ne mérite (avec des milliers d’autres) que le mépris de ceux qui soit avaient trahi en « faisant l’ENA » (ah, le nombre de mes camarades qui rêvaient de l’Inspection des Finances comme d’autres ont des pollutions nocturnes !) soit étaient relégués dans le cour du fond, derrière l’infirmerie, en prépa HEC. Ils sont tous ministres, ou repris de justice. Ou « à la télé » comme cette perruche de RFI qui, le jour de la mort de Derrida, annonça que lui (que j’avais aussi entendu pia-piateret) et « Roland Barthès » comme le nom du gardien de but, n’est-ce pas ? avaient été de grands pia-pias. En cherchant un peu je trouverais facilement que du temps du PPF son chef disait des choses semblables à ses troupes survoltées qu’aux siennes le leader du PFF (Parti de la France Forte) – avec la même admiration ourlée de ressentiment, voyez comme l’histoire des mentalités se répète, envers la Germania Fortis.

Diogène disait aux importuns de s’abstraire de son soleil, Althusser de s’ôter de sa pénombre

Le mépris affiché pour les pia-pias est un produit dérivé de la main mise des soi-disant grandes écoles de commerce et Cie sur une invention, très pia-pia donc très utile, de cet autre pia-pia, Louis Althusser qui me dit un jour, dans la pénombre de son bureau, « Salazar, allez voir ailleurs, ne perdez pas de temps avec l’eurocommunisme ». Diogène disait aux importuns de s’abstraire de son soleil, Althusser de s’ôter de sa pénombre. Soleil noir de la mélancolie d’un pia-pia dont justement les leçons sur les appareils idéologiques et répressif d’Etat, lus en résumé d’une page avec des flèches et des étoiles en vue du vomi de l’oral d’HEC, furent mises à profit par la très intelligente génération « grandes écoles de commerce » qui, servie par les transfuges normaliens vers l’ENA et les demi-habiles des IEP, depuis trente ans nous gouverne, si mal.

Cette classe inculte et finaude est rompue cependant à une rhétorique virulente : la transaction commerciale fondée sur le profit à court terme. C’est là la source d’une procédure rhétorique chère au leader du PFF : il suffit de lancer un truc verbal en l’air, de dire que c’est « une chose profonde » (je cite), pour rameuter des voix ; et puis en passe à un autre produit. Le but est de faire du profit à court terme. Logique mercantiliste où chaque nouvelle « proposition » lave plus blanc que la précédente. On vend son paquet, à chaque fois. Cela s’appelle fabriquer de l’idéologie. Pas des « idées » (ah ! non, ça c’est du pia-pia) mais de l’idéologie (qu’on baptise « propositions », car le peuple PFF qui pourtant par tradition aimait Montaigne, La Fontaine et Balzac, en est venu à mépriser l’idéologie, ça fait de gauche).

Les formules rituelles de reconnaissance

Relisez donc ce que le pia-pia Althusser disait précisément des appareils idéologiques d’Etat :
« Pour prendre un exemple hautement « concret », nous avons tous des amis qui, lorsqu’ils frappent à notre porte, et que nous posons, à travers la porte fermée, la question : « qui est là ? », répondent (car « c’est évident ») « c’est moi ! ». De fait, nous reconnaissons que « c’est elle » ou « c’est lui ». Nous ouvrons la porte, et « c’est vrai que c’est bien elle qui était là ». Pour prendre un autre exemple, quand nous reconnaissons dans la rue quelqu’un de notre (re) connaissance, nous lui marquons que nous l’avons reconnu (et que nous avons reconnu qu’il nous a reconnu) en lui disant « bonjour cher ami ! » et en lui serrant la main (pratique rituelle matérielle de la reconnaissance idéologique de la vie quotidienne, en France au moins : ailleurs, d’autres rituels)  ».

Ce que décrit ici le pia-pia Althusser est exactement la technique du chef du PFF : il frappe à la porte de l’électorat de droite, il dit « c’est moi », et le PFF le reconnaît et se reconnaît. Comment ? Par des formules rituelles qui, de jour en jour, sans aucun souci de la véracité de leur contenu sur le long terme, au fil des jours et au fil des «  propositions » (terme de commercial, vous le savez bien), et sans aucune cohérence d’ensemble créent le sentiment que le leader du PFF a « des idées » quand il ne pratique que des « rituels de reconnaissance idéologique » [1].
Ce qu’Althusser n’avait pas vu est la conjonction, qui était déjà en train de s’opérer sous ses yeux, rue d’Ulm, vers 1970, dans la future classe dirigeante et managériale entre la rhétorique commerciale du produit proposé toujours meilleur que le précédent et la rhétorique du rituel de reconnaissance. Cette conjonction rhétorique de deux techniques apparemment schizées puise sa force dans la charge émotive que leur conjonction déclenche. Celle-ci se fonde sur un appel direct à l’individu, et c’est là l’efficacité d’un appareil idéologique. Ecoutez le pia-pia de la rue d’Ulm : « L’idéologie interpelle les individus concrets en sujets concrets  ». La force du commercial qui vous vend le dernier truc pour téléphoner, qui vous permet de « mieux » téléphoner (c’est-à-dire non pas de dire de meilleures choses mais de les dire plus vite ou avec de meilleurs pixels : c’est en fait du quantitatif pas du qualitatif), est de vous persuader, vous Madame Untelle, vous, personnellement, dans votre vie à vous (tout cela est fabriqué par les images publicitaires, en appel direct à « vous »), que ce truc est vraiment un élément personnel qui améliorera votre vie, à vous, et qui (voici le serrage d’écrou, le « deal ») est vraiment vous. Cette technique de vendeur de café (et d’ex-premier ministre) provient de la théorie du pia-pia, mais filtrée, acclimatée, résumée et resservie sous forme de technique pratique à leurs élèves de commerce par des professeurs malins et traîtres - sauf qu’appliquée à la politique cela donne les résultats que l’on voit. Ou plutôt qu’on refuse de voir, chez les pia-pias de droite comme de gauche.

J’ai dit un gros mot, un mot de pia-pia, avez-vous remarqué ? « schizées ».

C’est du pur pia-pia, c’est même, certains d’entre vous ont reconnu, du très grand pia-pia Gilles Deleuze qui avait deux ou trois choses intéressantes à dire sur le fonctionnement des sociétés politiques.
Aujourd’hui, outre la fête de l’Annonciation, nous (ne) fêtons (pas) une « schize » : à savoir le Massacre de la rue d’Isly, un cas assez rare où l’armée française aura mitraillé ses propres compatriotes, et dont les électeurs dits rapatriés pêchés par l’héritier de celui qui donna l’ordre de tirer ne semblent pas s’offusquer, et pour laquelle ils attendent toujours la « repentance » de la Ve République : à ce sujet, tout régime politique est fondé sur le sacrifice originel d’une part de sa population, celui d’un bouc émissaire, c’est-à-dire par le meurtre d’une partie de soi-même, afin de pouvoir signifier un retour du « corps social » à la pureté, et cette République n’échappe pas à la règle. Isly fut une « schize », c’est-à-dire le moment critique où la machine politique mise en place par De Gaulle marque un temps fort, violent, le fameux « Qu’ils souffrent ! », qui permet de relancer le flux. La prochaine république procèdera à un autre sacrifice.

Les trois machines de Deleuze

Deleuze distingue donc trois sortes de machines politiques ou sociales - voici du pia-pia « haut de gamme » comme dirait le leader du PFF.

  • la machine primitive qui fonctionne à la terre, au territoire, au collage des individus au sol ; c’est une machine qui privilégie le corps et la proximité du corps avec son environnement immédiat ; c’est une machine hystérique car le désir d’appartenir à un territoire se déplace, avec violence et vivacité, sur tout ce qui représente cette appartenance. Vous avez reconnu ? Mettez des noms derrière, dans la liste des candidats au despotat quinquennal.
  • la machine despotique qui fonctionne sur l’élimination et la remise à zéro des compteurs : il s’agit pour elle et ses feudataires (le prêtre, l’imam, le rabbin ; le bureaucrate de Bruxelles ; l’énarque) de créer des interdits rigides et insurpassables : interdit de faire ceci (interdit d’aller sur la Toile consulter tel site mahométan), interdit de faire cela, jusque dans des détails absurdes de la vie quotidienne et surtout là, puisque le but de cette machine est de vouloir restaurer un état idéal de la société qui est présenté comme un « nouveau départ », une « aventure nouvelle », un ordre neuf. C’est une machine qui évoque la paranoïa : ses exécutants passent leur temps à interdire et à évoquer des psychoses de dangers, à mettre en place des barrières rhétoriquement présentées comme des « protections » : je fais tout cela pour vous « protéger ». Vous avez reconnu ?
  • la machine capitaliste dont la force est dans sa capacité d’intégration de ce qui pourrait troubler l’acquisition du profit. Exemple : Google se rend compte que les gens en ont assez de voir leurs données personnelles utilisées, sans vraiment savoir comment, quand et par qui ces données sont utilisées (et ça, ça fait vraiment peur). Google annule donc ses 60 protocoles et vous « propose » une police unique de mise en réseau de toutes vos données et appelle cela une charte de « confidentialité » et une assurance de « personnalisation » quand, en réalité, c’est exactement l’inverse qui se produit, dès que vous acceptez le système nouveau. Le commercialisme fonctionne ainsi constamment au décodage (on voit là où le client renâcle) et de recodage (on se sert de cette résistance pour fabriquer un autre produit). Bref on tourne rhétoriquement, une opposition en une « proposition ». Vous avez reconnu ? Non ?

Le problème politique des pia-pias est que souvent, trop souvent, ils donnent à ceux dont ils font la critique des armes que ceux-ci à un moment ou un autre retournent contre eux, servis dans cette entreprise de recodage par des clercs qui ont trahi. Comme on dit au rugby, les pia-pias trop souvent lâchent le ballon. Pas moi. Mais il vrai que je ne suis que rhétoricien.



[1Louis Althusser, “Idéologie et appareils idéologiques d’État. (Notes pour une recherche)”, La Pensée, 151, juin 1970.



Poster un nouveau commentaire


Le Caoua des idees L'article du jour
Paradoxe, alors qu'une industrie s'inspirant de la nature est en train de se développer, le changement climatique et le saccage de la planète détruisent le plus grand gisement naturel d'idées. Lire l'article

ABONNEZ-VOUS, C’EST NOTRE TOURNÉE !

Le Caoua des idées est notre projet de quotidien numérique des idées, disponible par abonnement, que nous lancerons en mars 2019.

En attendant, abonnez-vous gratuitement à notre newsletter : au fil des jours, vous bénéficierez en premium de nos contenus et découvrirez l’état d’esprit d’un beau projet éditorial.