Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

Le capitalisme, c’est du brutal

lundi 7 décembre 2015

Écologie. Comment la démocratie s’embourbe dans les sables bitumineux de l’Alberta

Pour le quintet d’auteurs réuni dans Brut, la crise écologique et démocratique dans laquelle s’enfonce toujours plus Fort McMurray ne trahit pas simplement l’ « horreur merveilleuse » dans laquelle les compagnies pétrolières ont plongé le Nord de l’Alberta. Elle représente également une boueuse miniature du monde en devenir, où lobbyistes et politiques y font cause commune contre les principes de démocratie, de protection des travailleurs et de l’environnement. Placée sur la carte du monde par le déversement accidentel de 4,5 millions de litres de pétroles en 2011, cette ville au taux d’accroissement démographique à 3 chiffres dans les années 1960s et 1970s voit son histoire racontée en cinq points de vue différents, du témoignage de la militante écologiste et autochtone Melina Laboucan-Massimo à celui de la romancière Nancy Huston, en passant par les portraits d’habitants de la ville industrielle dépeints par David Dufresne, déjà à l’origine du jeu vidéo documentaire et interactif "Fort McMoney : Votez Jim Rogers".

Des cinq actes de cette pièce tragique naît ainsi l’histoire d’une disparition, celle de l’écosystème de la rivière Athabasca, mais aussi celle des déplacements de populations et de l’arrivée de la prostitution et de trafics en tous genres, qui viennent offrir aux prisonniers de l’or noir une échappatoire factice face à la dureté du travail et du climat de cette région glaciale. Tout un biotope que David Dufresne a pu filmer au cours de l’enquête menée entre 2011 et 2013, qui lui a permis de rencontrer les travailleurs, lobbyistes, politiques locaux et militants formant le tissu de Fort McMurray, et ainsi de saisir toute la profondeur de la question de l’industrialisation d’une zone sauvage. Un point de vue multipartite complété par la discussion entre Nancy Huston et la journaliste Naomi Klein, autour de la culture albertaine, et de la place allouée au Grand Nord dans l’imaginaire canadien. La nouvelle « L’ange des Sables Bitumeux », écrite en 1984 par Rudy Wiebe, offre un contrepoint complémentaire sur ce monde futur qu’ils imaginent s’embourber dans l’horreur écologique et économique des sables bitumineux. >Y.C


Poster un nouveau commentaire
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.