Christophe Quillien déniche les truffes de Pif Gadget

Le 31 octobre 2018, par Emmanuel Lemieux

Pour son 50e anniversaire, un beau livre rappelle les belles années d’un magazine de bandes dessinées exceptionnel. Mais pourquoi l’oubli ?

#Culture

Médias. Lundi 24 février 1969, succédant à Vaillant, le journal de Pif (1945), le magazine hebdomadaire Pif Gadget pointait sa truffe. À quelques mois de son 50e anniversaire, rien ne manque dans les ingrédients de la madeleine pâtissée par l’écrivain journaliste Christophe Quillien. Pif le chien de José Cabrero Arnal était l’étendard d’une sacrée pépinière de talents et d’audaces en matière de bandes dessinées pour la jeunesse, sous l’égide du Parti communiste et qui allait caracoler bien au-delà de son lectorat militant jusqu’en 1994.
Rahan fils des âges farouches, Teddy Ted, Placid et Muzo, Pifou Glop-Glop pas Glop-pas Glop, docteur Justice et son cri qui tue ... Mais aussi le délicieux Nestor le bagnard, Le Concombre masqué, Arthur le fantôme, Corinne et Jeannot, l’Oiseau Couik, M le magicien, Horace cheval de l’Ouest , Gai-Luron, ou encore, la Jungle en folie et les Pionniers de l’espérance. Et bien sur, les gadgets mémorables tels les Pifises, les lunettes sidérales, l’appareil-photo, les pois sauteurs du Mexique.
Rien ne manque aux yeux dans cet album où les souvenirs de lecture, les oublis mais aussi les séries inconnues sautent comme un délicieux pop-up d’enfance. Le magazine rivalisa avec les hebdomadaires Spirou et Tintin, et l’impérial Pilote. Georges Rieu, autre personnage oublié de la presse, fut sans doute le meilleur rédacteur-en-chef de trouvailles de ce journal.
Christophe Quillien s’interroge aussi devant la malle aux trésors : Pourquoi un tel oubli ?

JPEG - 15.7 ko
Christophe Quillien, Pif Gadget, 50 ans d’humour, d’aventures et de BD, Hors collection, 272 p., 29 €. Publication : octobre 2018.

Pif, une pépinière de talents et d’audaces. Mais qui se souvient encore de l’oeuvre de Cézard, de Nestor le prisonnier, des premiers pas de Corto Maltese ou du cri qui tue de docteur Justice ?

Richard Medioni, jeune rédacteur-en-chef du magazine en a été au fil du temps, le mémorialiste. Décédé en 2016, c’est le seul qui entretenait documents et réflexions sur cette pépinière, et branche oubliée de la bande dessinée des années 1950 à la décennie 1980. On lui doit notamment Pif Gadget, La véritable histoire des origines à 1973 (2004) et Mon camarade, Vaillant, Pif Gadget : l’histoire complète, 1901-1994 : les journaux pour enfants de la mouvance communiste et leurs BD exceptionnelles (2012).
Ne proposant que des histoires complètes dans chaque numéro, Pif Gadget était un pur produit de presse. « Aujourd’hui les rééditions, les intégrales sont monnaie courante chez les éditeurs qui entretiennent ainsi leur fonds. Ce n’était pas le cas avec les séries publiées dans Pif qui avait renoncé à l’édition en album », explique le journaliste. À l’exception d’un Hugo Pratt, Gotlib, Mandryka, Chéret ou Tabary qui purent se faire éditer en livre par la suite, les précisions et les informations sont peu fournies pour tous les autres bédéastes. Ne reste plus qu’à écumer les librairies d’occasion et autres Fantasmak pour faire récolte de numéros.
Même si est annoncée une nouvelle relance du magazine, la troisième depuis 1994, Pif fait partie de l’Atlantide communiste culturelle. En gadget de consolation, Quillien nous offre un beau livre phosphorescent.

Que lisez-vous en ce moment ?

« Bien sûr, on va en déduire que je suis un communiste obsédé, mais je prends beaucoup de plaisir à la lecture d’Une saga moscovite, de Vassili Axionov (Folio). J’alterne avec Minuit, de Dan Franck (Livre de poche). »




Poster un nouveau commentaire


Le Caoua des idees L'article du jour
Paradoxe, alors qu'une industrie s'inspirant de la nature est en train de se développer, le changement climatique et le saccage de la planète détruisent le plus grand gisement naturel d'idées. Lire l'article

ABONNEZ-VOUS, C’EST NOTRE TOURNÉE !

Le Caoua des idées est notre projet de quotidien numérique des idées, disponible par abonnement, que nous lancerons en mars 2019.

En attendant, abonnez-vous gratuitement à notre newsletter : au fil des jours, vous bénéficierez en premium de nos contenus et découvrirez l’état d’esprit d’un beau projet éditorial.