Influences Veille Microcosme Couveuse Culture 100% Bio Blogs&Opinions

Bookmark and Share

Dans les vignes du dessinateur

mercredi 12 octobre 2011, par Monsieur Septime

Etienne Davodeau nous régale d’un grand reportage dessiné chez le vigneron Richard Leroy.

Quels liens peuvent-ils bien s’établir entre un dessinateur de BD et un vigneron ? Avec Les Ignorants (Futuropolis) et autour de cette question à l’enjeu ténu en apparence, Etienne Davodeau nous propose une véritable pépite de poésie et de savoir. Il nous croque la rencontre au sommet qui développe un dialogue heureux et plein de charme entre deux caractères singuliers. Tout d’abord, en personnage auto-représenté : Etienne Davodeau, angevin de nature, auteur de BD reconnu et primé à plusieurs reprises. Son interlocuteur, le vigneron, n’est pas n’importe qui non plus : Richard Leroy, néo-vigneron, réputé pour son travail des blancs secs en biodynamie et son talent de dégustation.

Richard Leroy est un passionné de vin qu’il transcende en poésie vivante.

Le récit fait état de la vie quotidienne du vigneron qu’Etienne Davodeau a suivi durant un peu plus d’un an et demi. Les passerelles et les analogies sont nombreuses entre le créateur et l’élaborateur. En commun, l’amour du partage et du travail bien fait.

De son côté, Richard Leroy découvre les mécanismes du dessin, les coulisses de l’édition, de l’imprimerie avec ses secrets d’encre et ses qualités de papier, ainsi que la mentalité professionnelle d’une petite faune sympathique qui entoure le dessinateur. Mais c’est surtout la vigne qui s’impose doucement dans ces pages. Propulsé au milieu des ceps de son ami, Etienne commence par une des tâches les plus difficiles du métier : la taille. Familiarisé peu à peu à tous les travaux de la vigne, le lecteur saisit, s’imprègne des gestes ou plutôt de la geste du vigneron, il déguste sa philosophie ( le bio et le refus des traitements chimiques) et son attachement à la terre. Il apprend la biodynamie, selon Richard Leroy, cette manière de proximité avec la vigne. Car Richard Leroy, qui a pourtant passé une bonne partie de sa vie dans le secteur de la banque, est un passionné de vin qu’il transcende en poésie vivante. A une piquette, il préfèrera toujours boire de l’eau. Ce partage est l’occasion de faire découvrir à Etienne Davodeau une approche différente du vin. C’est ainsi que les deux compères tout le long du récit partent à la rencontre d’autres nectars de vignerons, qu’ils soient corses ou jurassiens. Cette initiation croisée est une véritable réussite. Même si le début des Ignorants met un petit temps de Diesel à s’installer, l’échange dessiné se transforme en un vrai bonheur partagé et bien au-delà de ces deux créateurs. Etienne Davodeau sait traduire avec beaucoup d’humour et tendresse, les nouvelles aventures du vin.


Repères :

Les ignorants d’Etienne Davodeau, éditions Futuropolis, Paris, 270 pages, 24€50. Sortie : octobre 2011.

La présentation du projet :

Le site de l’éditeur : http://www.futuropolis.fr/
Le site de l’auteur : http://www.etiennedavodeau.com/


Poster un nouveau commentaire
Don Quichotte de Wozniak
En librairie


«  Des articles percutants  »  ; «  un ouvrage exhaustif  »  Nonfiction.fr
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2014 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.