Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama



David Veroone : graffitologue lillois

samedi 29 mars 2014, par Jean-Luc Hinsinger

Lettres ou ne pas être : telle est la question. Rien ni personne ne détournera David de la passion de la sainte écriture.

Dès son plus jeune âge, David s’entoure de crayons, feutres, stylos, tout ce qui permet barbouillage, pattedemouchage, gribouillage… Facile à contenter le ch’ti mioche, une feuille de papelard, c’est la tranquillité assurée…
Le séjour chez les voisins wallons de l’École supérieure des arts Saint-Luc ne fera qu’exacerber son appétence d’écrit… Le papier devient vite un format trop exigu par rapport à la rue et ses amples espaces.
Dès lors l’écriture change d’univers, devient graffiti / chorégraphie… ce qui n’est certes pas du goût de tous, l’écrivain public se heurte rapidement à la réaction punitive de la gent policière.

David délaisse alors la peinture au grand air pour la découpe et le collage de textes dessinés sur papier ou carton. Ce qui n’empêchera pas le maréechausseur d’interpeller à nouveau ce Goliath du graffiti en action, lui demandant s’il était en train de coller… ou de décoller ! Surprise du contrevenant… hésitant… et saisissant la balle au bond, de se déclarer… décolleur ! Il s’entendra alors souhaiter bon courage pour ce travail long et pénible ! … Street-arteux collageurs de tout poil, une anecdote à méditer !

Les petits boulots ne font pas peur à David, mais il n’a qu’un seul objectif : être artiste, « le plus beau métier du monde ». Ses premiers pas emboîteront ceux d’Apollinaire et de sa poésie lettrée à travers des calligrammes à résonances humanistes, la typographie l’amènera à créer ses propres alphabets…
Il intervient aussi bien sur toile qu’en volume, mais son domaine d’excellence demeure le paper-cut, le papier découpé. Initialement les lettres sont dessinées, interprétées, remodelées, décomposées au pinceau sur papier ou carton, puis détourées, et même éclairées au cutter. Pour conserver l’œuvre d’un seul tenant, l’artiste doit faire preuve d’une grande virtuosité, craignant la moindre déchirure qui mettrait à mal une semaine d’orfévrerie !

Adoubé par Champollion, expert en hiéroglyphes ; par Jules Verne voyageur impénitent inter-temporel à la recherche de signes oubliés ou à venir ; par André Breton et les surréalistes pour l’écriture automatique, il se lance dans un ambitieux projet : terminer enfin l’ouvrage devant lequel Dieu lui-même a jeté l’encre : la tour de Babel où le mélange des cultures et des langues transite par l’acception de chacune par l’autre. Universalité prometteuse de félicité…
Pour cet insensé défi, David a le temps. Du haut de ses trente ans, il accumule les rencontres avec les graphies (cyrillique, hébraïques etc.) qu’il intègre soigneusement à sa bibliothèque des possibles. La mondialisation le nourrit.

C’est quotidiennement qu’il se rend à son atelier lillois (1 200 m2 !), pour remettre son œuvre en question en quête de nouvelles envolées… Il n’y voyage pas en solitaire. Il occupe l’espace entouré de quelques compagnons de la création. L’occasion pour ce calligraphiste-concertiste de partages fructueux, de vive émulation et d’improvisations sur supports variés (bois métal, rouille…).
David Veroone gratifie le graffiti de lettres de noblesse !


Repères :

http://www.davidveroone.com

http://todayisunwritten.com/
Today is unwritten est un projet d’une année construit autour de l’écriture en tant qu’œuvre non pas littéraire mais picturale.
365 jours durant, quotidiennement, une nouvelle page d’un journal intime indéchiffrable vous sera dévoilée.


Poster un nouveau commentaire

idees numero 1

La revue papier.
Soutenez-nous, commandez-le
à votre libraire, faites-le connaître,
ou abonnez-vous en cliquant ici.

Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.