Influenceurs Le dico Idéathèque Couveuse Panorama

De l’égalité des chances à l’école (1)

lundi 11 mai 2015, par Annick Deshays

Il m’arrive encore aujourd’hui de suivre les enfants dans leurs jeux lorsque je vais au Jardin des Plantes, au Luxembourg ou aux squares si nombreux à Paris. Je constate à quel point ces enfants sont sérieux dans leurs activités ludiques. Qu’ils soient en acrobates sur les filets, en puisatiers dans les fontaines, en armateurs aux commandes de leur bateau, tous se fondent dans leur imaginaire si fertile.

C’est pourquoi je dirige mes réflexions sur un point précis : tous ces enfants ont droit à la même chance d’apprendre, d’enrichir leur imagination, de découvrir toutes les vraies sources de connaissances. Pourquoi au fil des années les désirs de grandir s’éteignent-ils au détriment d’une espèce de formatage éducatif sans grand projet pour l’enfant ?

Quand j’étais en établissement de jour en IMP, je faisais des connexions de références présentes à mon esprit, pour savoir comment sortir d’un labyrinthe ou pour trouver un code secret afin d’échapper au démoniaque ennemi qui me traquait. Souvent isolée car différente dans les contacts sociaux, je versais des richesses d’imagination dans mon escarcelle de connaissances qui, aujourd’hui, s’invitent dans mon univers poétique voire même philosophique et métaphysique.

Savoir qu’un enfant a besoin de créer son univers en toute liberté, c’est pour moi, femme autodidacte par défaut, une réelle urgence dans les visions d’un enseignement bien supérieur aux réformes sans cesse abrogées et rééditées. Invariablement des programmes se font et se défont, des pans entiers de notre histoire tombent sous les coups de l’ennemi, des « vrais » gardiens de la laïcité se font collaborateurs d’une école au rabais.

Comment faire comprendre que tout enfant a sa façon de figurer des connaissances en laissant la part belle à son imagination ? Comment jouer de stratégie pour lui donner confiance et verser des pépites de joie dans le désir de toujours s’élever dans la connaissance ?

J’ai abordé ce sujet dans un échange de mail avec mon frère dans notre livre. Que des pionniers de l’éducation, comme cette femme délivrant un enseignement de l’intérêt dans ses écoles Montessori, se mobilisent pour accueillir les désirs présents en chaque enfant d’apprendre et de garantir une vraie richesse intellectuelle et morale.

Pour se faire une seule solution d’urgence me borde d’espoir, c’est une réelle observation de chaque individu qui révélera ses désirs et fera comme une palette de tons que l’éducateur utilisera en harmonisant son œuvre d’enseignement. C’est ainsi qu’un artiste se verra accorder du crédit à ses talents tout en assimilant des savoirs qui enrichiront ses œuvres. C’est ainsi que le « chef-cuisinier en herbe » situera sa passion au sein d’une assistance culturelle.

Egalité des chances commençant par une démarche sérieuse dans une observation individuelle régulièrement mise à jour. Selon les résultats de cet acte primordial, des règles d’enseignement se décideront d’un commun accord entre l’enseignant et l’enseigné.

Si des visions différentes du monde sont respectées dans cet enseignement adapté, chacun restera lui-même avec ses richesses qui feront l’équilibre avec les fragilités de l’autre.
Pour ma part, dans mon facile désir d’apprendre, dispensée des méthodes classiques qui ne m’abordaient guère vu mon état, j’ai fixé mes propres méthodes de connaissances en décodant toutes les connexions intellectuelles du moment. Dire combien j’ai suivi de plans foireux qui n’avaient rien à voir avec ce que je recherchais. Mais, au fond, j’ai grandi sous la houlette d’un radieux désir d’enrichir mes connaissances dans le silence.


Poster un nouveau commentaire
Disponible en librairie ou sur notre boutique

Boutique
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.