Influenceurs Le dico Idéathèque Couveuse Panorama

Djihadiser les livres

jeudi 26 juin 2014, par La rédaction des Influences

Lors de la prise de Mossoul par les forces de L’Etat islamique en Irak et au Levant, des livres et manuscrits anciens ont disparu

Culture. Au bonheur des pillages. Le 11 juin, lorsque les combattants de l’Etat islamique en Irak et au Levant se sont emparés de la ville de Mossoul, plusieurs bibliothèques ont été délestées de manuscrits rares. Ont-ils été détruits ? Selon Qais Hussein, chef du Conseil national des antiquités et du patrimoine, ces disparitions ont plutôt fait l’objet de rapines. « Il y a eu des tentatives pour sortir en contrebande un certain nombre de manuscrits rares irakiens de plusieurs bibliothèques de Mossoul afin de les introduire en Turquie, y compris un Coran qui remonte à l’époque abbasside », a-t-il confié au journal Asharq Al-Awsat, un journal panarabe basé à Londres, dans son édition du 22 juin

Une autre rumeur qui n’a pu pour l’instant être vérifiée fait état de la destruction à Mossoul d’une statue, celle du poète abbasside Abu Tammam Al-Taei (804- 845 ou 846). D’origine syrienne et de père chrétien – mais ayant trafiqué ses origines en une généalogie épique –, ce poète controversé à l’époque pour son esprit de courtisan, mais aussi pour sa modernité a marqué la culture irakienne avec ses écrits et sa distance intellectuelle s’éloignant d’une tradition orale bédouine. Cette destruction s’avérerait bien ironique pour l’auteur d’un poème fameux, s’intitulant L’épée est plus véridique que les livres. Abu Tammam y soulignait combien les prédictions des astrologues qui avaient tenté de dissuader le calife de mener campagne, s’étaient trompés. Passant outre leurs recommandations et la science de leurs livres, le calife avait choisit de guerroyer à Amorium.

Les actes de destruction volontaire sont considérés comme des crimes de guerre

L’Unesco redoute des destructions et des mises en péril de bibliothèques, musées et lieux de culte à Mossoul. L’organisme très actif pour la protection du patrimoine des livres et des manuscrits, notamment à Najaf, a mis en garde «  tous les acteurs à s’abstenir de toute forme de destruction du patrimoine culturel y compris les sites religieux. Leurs actes de destruction volontaire sont des crimes de guerre mais aussi une atteinte à l’identité et à l’histoire du peuple irakien. » La mise à sac par les djihadistes de la bibliothèque de Tombouctou au Mali, porte son ombre sur l’Irak désormais.


Repères :

http://www.aawsat.net/2014/06/article55333503


Poster un nouveau commentaire
Disponible en librairie ou sur notre boutique

Boutique
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.