Influences Veille Microcosme Couveuse Culture 100% Bio Blogs&Opinions

Bookmark and Share

Jérôme Vidal : "La gauche de la gauche intellectuelle a appris à réfléchir la complexité"

mardi 4 septembre 2012

Sa Revue des Livres organise un salon des revues de critique sociale et politique. Sous le signe du chaos grec.

Revue. Cette année, la 2ème édition du Salon des éditeurs et des revues de critique sociale et politique est dédiée à la Catastrophe, ou plutôt les catastrophes. Elle est organisée à Paris, le samedi 22 septembre, par Jérôme Vidal, directeur de la rédaction de La Revue des livres et animateur d’idées aux éditions Amsterdam, fondées en 2003.

"comprendre l’imbrication de la crise financière et de la crise écologique"

Toute la galaxie des revues et des éditeurs alternatifs est annoncée au Salon : Contretemps, La Décroissance, La Dispute, Écologie et politique, Éco’Rev, Éditions Amsterdam, Entremonde, La Fabrique, L’Impossible, Libertalia, Lignes, Lux, Mouvements, Multitudes, Le Passager clandestin, Politis, Les Prairies ordinaires, Syllepse, S !lence, Z, Zones… Cet agrégat de publications représente un micro-marché éditorial et un foyer intellectuel hétéroclite, mal diffusé dans la société mais bien vivant. " Mouvements ouvriéristes, marxistes, libertaires ou écologiques... Tous ces courants ont fini par se trouver un espace de débats commun, notamment dans La Revue des Livres ou dans ce Salon. C’est ici que se sont manifestées par exemple les discussions les plus tranchées sur la laïcité menacée ou l’islamophobie. En dépit de sectarisme observé ici et là, la gauche de la gauche a appris ces dernières années à travailler un peu mieux la complexité. C’est un mouvement de fond que métabolisent revues et livres" analyse Jérôme Vidal.

Lors de la présidentielle, les débats dans les revues critiques ont été intenses autour de la figure acceptée ou non de Jean-Luc Mélenchon, "sans jamais avoir une position simple" sourit le responsable de La Revue des livres, ni une véritable influence intellectuelle peut-on ajouter. Mais l’après-élection présidentielle et les 100 jours fondus de François Hollande réveillent les réflexes critiques émoussés par l’été. La crise grecque, les printemps arabes, le chômage de masse, la violence renouvelée du capitalisme : le thème du Salon 2012 est celui de la catastrophe, la catastrophe sous toutes ses formes : "ça correspond à un sentiment d’urgence, que nous partageons tous : comprendre l’imbrication de la crise financière et de la crise écologique.", explique Jérôme Vidal. Les catastrophes ainsi annoncées devraient pour une fois faire les délices d’un travail collectif de réflexions.


Repères :

Mode d’emploi :
Catastrophe(s), 2e édition du Salon des éditeurs et des revues de critique sociale et politique, samedi 22 septembre 2012 de 13 h à 20 h à la Générale (14 avenue Parmentier, Paris. M° : Voltaire)


Poster un nouveau commentaire
Don Quichotte de Wozniak
En librairie


«  Un traité d'antimondialisation qui explique clairement pourquoi
il n'est de vin juste que géographique
et non technologique  » 
Marianne
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2014 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.