Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama



Le boom du privé chez les fonctionnaires

jeudi 2 février 2012, par Les influences.fr

Selon la Commission de déontologie de la fonction publique, de plus en plus de fonctionnaires deviennent auto-entrepreneurs

Quitte à griller parfois sauvagement les professionnels avec leurs prestations à tarif prohibitif, de plus en plus de retraités, notamment artisans, arrondissent leurs fins de mois grâce au statut d’auto-entrepreneur. Il en est de même pour les fonctionnaires, selon le dernier rapport de la Commission de déontologie de la fonction publique (CDFP).

Enseignants et fonctionnaires territoriaux ne se privent plus

En 2010, elle a constaté un boom des demandes d’agents qui souhaitaient exercer une autre activité, en parallèle de leur fonction. Les demandes s’élevaient, dans le détail, à une augmentation de 20% dans les hôpitaux, à 60% dans la fonction publique d’Etat et notamment chez les enseignants, et grimpaient à 70% pour les fonctionnaires territoriaux. Le rapport explique ce phénomène par le succès du statut d’auto-entrepreneur. A côté du pantouflage chic des hauts fonctionnaires, les autres cherchent un coup de pouce supplémentaire à leur pouvoir d’achat.

Le gel du point d’indice dans la fonction publique depuis 2010 est sans doute passé par là.


Repères :

Lire l’intégralité du rapport 2011 de la Commission de déontologie de la fonction publique :
http://www.fonction-publique.gouv.fr/files/files/publications/coll_ressources_humaines/deontologie/rapport_deontologie_2010.pdf


le 2 février 2012 : Le boom du privé chez les fonctionnaires

les universitaires ont toujours exercé des métiers secrets (traduction etc) au mépris du code de la fonction publique...


Répondre a ce message
Poster un nouveau commentaire

idees numero 1

La revue papier.
Soutenez-nous, commandez-le
à votre libraire, faites-le connaître,
ou abonnez-vous en cliquant ici.

Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.