Influenceurs Le dico Idéathèque Couveuse Panorama

Le cloud de la CIA et d’Amazon

jeudi 4 avril 2013, par Christian Harbulot

Les données personnelles menacées par l’esprit de conquête américain ?

JPEG - 25.6 ko

En février dernier, le site ZDNet.fr avait lancé une alerte sur le fait qu’un «  lobbying sans précédent  » était orchestré dans les coulisses de l’Administration de Bruxelles par les géants américains du web soutenus par les autorités américaines. Cette action vise à atténuer les procédures de contrôle du projet de réforme européen sur la protection des données personnelles. Un mois plus tard, la sortie d’un rapport du Sénat sous la direction de la sénatrice Catherine Morin-Desailly enfonce le clou par un titre évocateur : L’Union européenne, colonie du monde numérique. Pour alimenter ce débat latent depuis plusieurs années, l’Ecole de Guerre Economique a présenté lors de son dernier séminaire de recherche, une étude particulièrement démonstrative sur la position de l’Europe sur le marché privé de l’information. Ce travail réalisé par des étudiants d’une formation professionnelle souligne notre retard accumulé dans l’économie numérique et qui semble désormais être le plus grand échec de la France dans sa perception des enjeux depuis le début des révolutions industrielles.

La porosité entre le monde numérique nord-américain et les différentes agences de renseignement de ce pays est régulièrement démontrée

Le bras de fer qui oppose officieusement les Google, Apple, Microsoft et consorts aux défenseurs des libertés individuelles trouve son origine dans la posture délibérément offensive prise par la superpuissance américaine dans leur volonté de garder le contrôle de la société de l’information. A à la fin des années 90, l’Administration Clinton fait savoir que les Etats-Unis souhaitent détenir le leadership mondial sur le marché privé de l’information. La puissance garante du libéralisme économique et du non interventionnisme de l’Etat dans les activités économiques privées se permettait de faire une exception à la règle. A l’époque, personne ne s’est ému de la portée d’une telle annonce.

La récente interview du cybermilitant australien et animateur de l’organisation WikiLeaks, Julian Assange (diffusée sur le site du Point) relance le débat sur le lien ténu entre les objectifs commerciaux et la garantie de la protection des données personnelles. L’auteur des fuites sur les 400 000 documents confidentiels, relatifs notamment aux modes opératoires de l’armée américaine en Irak, déclare que Google fournit des informations aux services de renseignement américains.

La porosité entre le monde numérique nord-américain et les différentes agences de renseignement de ce pays est démontrée régulièrement par différentes annonces. La dernière en date est le contrat de 600 millions de dollars passé entre la Central Intelligence Agency (CIA) et Amazon pour l’accompagner dans la construction de son cloud privé.


Poster un nouveau commentaire
Disponible en librairie ou sur notre boutique

Boutique
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.