Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama



Petite révolution féminine à l’Assemblée nationale

vendredi 22 juillet 2016

Marie-Françoise Clergeau vient d’être élue Première questeure de l’Assemblée nationale : une rareté dans l’histoire du Palais-Bourbon.

Politique. « Premier questeur, c’est un job qui n’est pas fait pour les femmes » pouvait-on entendre ces derniers jours sans ciller dans le labyrinthe florentin de l’Assemblée nationale. Qui allait donc remplacer à ce poste stratégique (et exposé médiatiquement pour qui le souhaite) Bernard Roman, député du Nord en partance lui pour la présidence de l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières.

Ce 21 juillet 2016 et pour la 3ème fois de son histoire, l’Assemblée nationale a nommé une femme au poste de PremièrE questeurE. Marie-Françoise Clergeau, (née en 1948), députée de Loire-Atlantique depuis 2012, rejoint donc Denise Cacheux, députée du Nord qui fut à ce poste de janvier à mars 1986, et Marylise Lebranchu, députée du Finistère, de 2007 à 2012. Ces trois femmes proviennent toutes du PS, et constituent un trio de francs-tireuses et figures d’anomalies démocratiques face à la noria de 125 hommes qui se succèdent depuis 1804 aux postes de la questure.

3 femmes et 125 hommes ont été questeurs dans l’histoire de l’Assemblée nationale, aucune au Sénat

Règle du jeu rappelé par un communiqué du Palais Bourbon : « Trois députés questeurs dont deux sont issus de la majorité et un de l’opposition, forment le “collège des questeurs”.
Élus par les députés au début de chaque législature, puis tous les ans au
début de la session ordinaire. Ils gèrent, par délégation du Bureau de
l’Assemblée nationale dont ils sont membres, tous les aspects
administratifs et matériels de la vie de l’Assemblée. »
Déjà questeure du trio, Marie-Françoise Clergeau a réussi à s’imposer à la première place dans cette fin de législature particulièrement morose pour la majorité. La députée s’était déjà distinguée en 2014, en réussissant à imposer à un gouvernement embarrassé, le principe de modulation des allocations familiales en fonction des revenus. Elle avait fait un récit parfois amusé des coulisses de cette bataille dans un petit livre intitulé La bataille des allocs.

Petit commentaire de l’intéressée : « C’est un honneur et une lourde responsabilité et je suis particulièrement fière d’ouvrir ainsi la voie pour cette fonction qui jusque-là semblait réservée aux hommes… C’est aussi une manière de faire progresser l’égalité Femmes Hommes. »
Message glissé au Sénat qui, lui, n’a jamais eu de femme à ce poste.


Poster un nouveau commentaire

idees numero 1

La revue papier.
Soutenez-nous, commandez-le
à votre libraire, faites-le connaître,
ou abonnez-vous en cliquant ici.

Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.