Qui veut la peau de Taha Siddiqui ?

Le 12 juin 2017, par Les influences.fr

Une première : le journaliste de France 24 a porté plainte contre les autorités pakistanaises pour "harcèlement ".

Société. Etre journaliste au Pakistan. Le prestigieux prix Albert-Londres a publié un communiqué de solidarité avec le journaliste pakistanais Taha Siddiqui : "son combat pour la liberté de la presse est celui de tous les journalistes qui portent la plume dans la plaie."

Courageusement, Taha Siddiqui a officiellement porté plainte contre la police fédérale et les autorités qui multiplient menaces et pressions.

Taha Siddiqui a été co-lauréat (et premier non-francophone) du prix en 2014. Collaborateur de France24, Il vient de faire état des menaces de la police fédérale et de pressions des autorités quant à son travail d’investigation sur les talibans et le contre-terrorisme. Mieux, une première : courageusement, Taha Siddiqui a officiellement porté plainte contre les autorités pour "harcèlement". Disparitions et tentatives d’enlèvement sont monnaie courante. Les assassinats de journalistes pakistanais sont de l’ordre d’une soixantaine depuis 1992, rappelle une tribune de journalistes et de lauréats du prix Albert-Londres publiée dans Libération. Les autorités d’Islamabad reculeront-elles devant ce journaliste qui ne craint pas de faire du bruit et de drainer les plaies démocratiques du Pakistan ?




Poster un nouveau commentaire


Le Caoua des idees L'article du jour
Paradoxe, alors qu'une industrie s'inspirant de la nature est en train de se développer, le changement climatique et le saccage de la planète détruisent le plus grand gisement naturel d'idées. Lire l'article

ABONNEZ-VOUS, C’EST NOTRE TOURNÉE !

Le Caoua des idées est notre projet de quotidien numérique des idées, disponible par abonnement, que nous lancerons en mars 2019.

En attendant, abonnez-vous gratuitement à notre newsletter : au fil des jours, vous bénéficierez en premium de nos contenus et découvrirez l’état d’esprit d’un beau projet éditorial.