Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

Vermibus, à bras-le-corps

mardi 25 octobre 2016, par Jean-Luc Hinsinger

JPEG - 57 ko
© Vermibus

Impertinent, effronté, dérangeant, artiviste… Son nom il le signe d’une pointe de dissolvant, d’un V qui veut dire Vermibus…

En proche banlieue parisienne, dans un studio hype, un graphiste s’époumone sur un photoshop en surchauffe – retouche beauté, tampon, pinceau, soft skinning – à produire l’être idéal, chantre des canons de beauté martelés par la publicité, auxquels le passant s’identifiera bon gré mal gré, lancé dans une utopique quête mimétique, vaine et frustrante.

JPEG - 90.1 ko
© Vermibus

Au même moment, à 1 000 km de là, faubourg berlinois, un jeune homme, proche de la trentaine, Majorquin d’origine, façonne minutieusement son 90e modèle de clé à tube. Clés-sésame auxquelles ne résistera aucun modèle de panneau lumineux !

Quelque part dans une capitale européenne, celui-ci, portant gilet fluo et collection de clés à tube, déverrouille un panneau publicitaire, en soustrait l’affiche glorifiant tel parfum ou accessoire, libérant la lumière blafarde de néons orphelins.
Un meuble à plans accueillera l’affiche pour une mise en hibernation, le temps de l’oubli de la campagne publicitaire qu’elle promouvait.

JPEG - 205.5 ko
Unveiling Beauty, Paris © Vermibus

Cette affiche émergera de son tiroir quelques mois plus tard, livrée à l’imagination créatrice de l’artiste alchimiste au rythme d’un flamenco ou d’un riff de guitare suivant l’humeur du moment. Il s’agit pour le peintre de dissoudre, diluer, gratter les surfaces imprimées, extraire, brosser, redistribuer les encres pour redonner vie à ces êtres précédemment réduits à l’état d’objet désin-carné.
« Vous m’apprîtes à démêler les apparences qui déguisent toutes choses. Je sus que l’image trompe, et nos sens et nos cœurs [1]. »

JPEG - 837.4 ko
© Vermibus

Proche du brandalism [2] collectif informel et international anti-pub., l’homme portant gilet fluo, au gré de ses pérégrinations dans l’Europe urbaine, déverrouille grâce à sa collection de clés à tube un espace publicitaire lumineux. Il y placera l’affiche libérée de son statut iconique, de son histoire et de son lieu (ce qu’il appelle la « délocalisation temporaire et physique »), retravaillée à la manière de glorieux anciens comme Artemisia Gentileschi, Francisco Goya ou encore Lucian Freud, leur réinjectant force et personnalité.
http://www.dailymotion.com/video/x1kvva8_rencontre-avec-vermibus-le-street-artiste-qui-s-attaque-a-la-pub_creation

« Si quelque chose est fort, les gens pensent que c’est douloureux. En fait, je ne crois pas que mes tableaux aient quelque chose à voir avec la douleur. Mais ils n’ont surtout rien à voir avec la séduction. La réalité émeut, fascine, effraie, émerveille ou excite, mais elle ne séduit pas. [3] »

Inspiré du latin Caro Data Vermibus (ca-da-ver, de la chair pour les vers), le jeune homme se fait appeler Vermibus. Il pratique avec passion l’art du corps à corps, les sens à fleur de peau.


http://vermibus.com/

JPEG - 173.9 ko
© Vermibus

Repères :

Vermibus, Llanto del alma
Vernissage le jeudi 10 novembre à partir de 18h
Exposition du 10 au 20 novembre 2016

Le Cabinet d’amateur
12 rue de la Forge-Royale 75011 Paris
Mardi-samedi 14h-19h. Dimanche 14h-17h
01 43 48 14 06
www.lecabinetdamateur.com


[1La Belle et la Bête, Madame de Villeneuve.

[2Brandalism : contraction de brand, la marque, et de vandalism.

[3Francis Bacon.


Poster un nouveau commentaire
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.