Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

Vous reprendrez bien une tranche de laïcité

mardi 19 avril 2011, par Les influences.fr

Le site d’informations musulmanes Saphirnews a interviewé Emile Poulat, sociologue de la laïcité, qui réclame une grande campagne pédagogique sur ce concept méconnu des Français.

"Savez-vous que le mot laïcité n’existe dans aucun texte juridique français, ni dans les décrets, ni dans les lois ? En 1905, les débats parlementaires ignorent le mot. Aujourd’hui, tout le monde en parle, mais personne ne l’a lu !", rappelle Emile Poulat, sociologue au CNRS, si ce n’est pape de la laïcité. Ce fringant chercheur (1920) vient d’accorder un entretien à saphirnews.com, un quotidien pure player dédié à l’islam et aux musulmans européens. "Quand nous parlons de laïcité, nous parlons de la laïcité qui s’applique à un domaine particulier de la vie publique, celle des hôpitaux, de l’enseignement. Ni plus, ni moins. Notre laïcité publique concerne la laïcité régie par les textes et non pas par les idées qui circulent", rappelle encore Emile Poulat.

L’auteur du classique Notre laïcité publique (Berg International, 2003) recommande une vigoureuse campagne de pédagogie sur ce concept largement méconnu des Français : "D’où la nécessité de s’émanciper par la connaissance. Je regrette que dans le cursus scolaire il n’y ait aucune place pour le droit. Les Français arrivent dans la vie civile sans aucune notion de droit. Or il est partout. Il permettrait de mieux se saisir du concept de laïcité !"

Un système d’inclusion

Pour ce qui est de la spécificité de l’islam dans la République française, Emile Poulat recommande de distinguer le culte, la force des habitudes, l’identité et la culture. La laïcité est un principe. La loi, elle, peut faire une infraction du port du voile, de la kippa ou de la croix dans un lieu public : "Par exemple, vous n’êtes pas autorisé à vous promener nu sur les quais. Il y a des règles qui sont de l’ordre des usages vestimentaires mais qui n’ont rien à voir avec la laïcité. La loi de 2004 (sur l’interdiction du port du voile - Ndlr) n’a rien à voir avec la laïcité ! Ce sont les politiques et les médias qui l’ont assimilée à la laïcité."

L’exemple de la viande halal lui semble une illustration éclairante de cette ambiguïté : "C’est un problème de réglementation alimentaire. Ce n’est pas un problème d’exercice du culte. La laïcité ne se réduit pas au cultuel ni à la loi de 1905 tout comme les Églises ne se réduisent pas au culte. Pour l’islam, il faut distinguer les problèmes religieux cultuels, liés à la pratique spirituelle, des problèmes religieux non cultuels, qui relèvent de l’organisation. Il faut voir comment cela se règle localement."

Aux musulmans, Emile Poulat recommande "d’avoir l’épiderme un peu plus dur" et de se fier au système de la laïcité, et même de s’en saisir librement. Au passage, il égratigne le Conseil français du culte musulman (CFCM) qui manque de créativité sur la question, et s’emprisonne dans le cultuel. Il rappelle que "le paysage français est fait de 40 000 clochers. Concrètement, le minaret et le clocher sont des symboles des rapports entre ces religions. Pour autant, distinguons l’opinion de l’Église catholique, affectataire de ces clochers, et l’opinion française qui n’a pas forcément de convictions religieuses mais pour qui les clochers font partie du paysage."

La laïcité est un régime d’inclusion. "Il y a de la place pour tout le monde. Mais comme vous le savez, c’est un principe. Tout le problème est de faire correspondre le principe à la réalité" conclut le directeur d’études à l’EHESS.


Repères :

A lire :


le 1er mai 2011 : Vous reprendrez bien une tranche de laïcité

Une remarque pédante ; "laïque" s’apparente à "laos", "le peuple" en grec ancien, c-a-d le peuple comme "au service de" - dans l’esprit des Pères fondateurs de la République : au service de la rationalité républicaine. Chaque heure de philo retranchée des programmes, chaque heure d’histoire édulcorée en thème divers, chaque heure de géographie humaine avachie, chaque heure d’analyse des textes dévolue aux trucs tendance - à chaque fois c’est la rationalité républicaine qui en prend un coup, et le laos républicain qui devient un peu plus la proie des fictions, et il faut bien le dire de la fiction la plus prestigieuse, et en fait la moins exigeante (quel catholique refuse d’avoir un compte en banque, ce qui est pourtant un système fondé sur un péché grave : l’usure) : la religion.


Répondre a ce message
Poster un nouveau commentaire
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.