Vous êtes dans Les influences > Commentaire


Envoyer un commentaire


votre commentaire
    texte
vous



" 2012 : Une année agitée comme on s’agite dans un aquarium"

jeudi 13 décembre 2012

Idées, livres, mot... Qu’est ce qui vous a influencé en 2012 ? Les morts de José Benazeraf, Koji Wakamatsu,Theo Angelopoulos et le verbe de Jean-Luc Mélenchon, par Edouard Tobert

GIF

Rien ne m’a influencé, rien ne m’a marqué, si ce n’est, pour finir l’année, la mort récente de José Benazeraf que la presse a tu dans un mouvement d’inculture et de conspiration générale, culture à deux vitesses (la cérémonie des Césars entérinera), à l’exception de Christophe Bier dans un vibrant hommage, et de Jean-Pierre Bouyxou, tous deux à 24 heures d’intervalle, sur France-Culture, l’art de déplaire dont parle le cinéaste du Sublime et le désirable, en citant Baudelaire dans un de ses pornos les moins inspirés, a eu son impact. Benazeraf a pourtant signé quelques incunables et chefs-d’oeuvre indiscutables dont Les premières lueurs de l’aube et Black Love à six ans d’écart, deux polars urbains de 1ère classe, inégalés, et d’une singularité absolue.

La mort de Koji Wakamatsu, le génial auteur d’ Anges violés et de Sex Jack et la mort, en début d’année, de Theo Angelopoulos, l’auteur de L’ Apiculteur , deux autres immenses cinéastes, écrasés par des chauffards.
Beau brelan de la mort.

Le reste de l’actualité culturelle m’indiffère totalement, en attendant Godard... en 3D.

La politique intérieure a donné son cirque pitoyable tous acteurs confondus, l’homme à la cravate de travers, au costard étriqué, ne se distingue guère de la mêlée du reste de la figuration pour une représentation d’ "on prend les mêmes et on recommence". La société du spectacle bat son plein. Entre les procès des grands, où le bouffon d’On n’est pas couchés fait figure de trublion. On peut toujours rêver des belles paroles de Jean-Luc Mélenchon qui a le mérite de savoir parler.

Le mot qui qualifierait le mieux cette année ? Agitation. Au sens agités de l’aquarium. Stérilité.

- Edouard Tobert, cinéphile, lecteur des Influences.fr