Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama



Réchauffement climatique : les effets d’un "tsunami silencieux"

lundi 8 mai 2017

Selon une étude internationale, rédigée par Gretta Pecl, les migrations des êtres vivants pour échapper aux effets du réchauffement climatique vont profondément modifier les systèmes écologiques.

Société. Toujours plus haut, les sommets des montagnes et les pôles, ou de plus en plus bas ( les profondeurs des océans), telles sont les stratégies de mobilité des êtres vivants, animaux et végétaux, comme réponse à l’augmentation globale des températures. La communauté scientifique admet désormais ce phénomène, et le voit comme un "tsunami silencieux", une lame de fond dont les impacts sur le fonctionnement des écosystèmes et les interactions avec le changement climatique restent largement méconnus. Une étude internationale et collaborative, Écologie et dynamique des systèmes anthropisés entre 41 chercheurs issus de tous les continents (14 pays) et de toutes les disciplines du vivant (biologie marine, terrestre, animale et végétale), publiée fin mars dans Science, montrent comment et combien les sociétés humaines seront influencées par cette lame de fond avec laquelle il faudra composer.

La diminution de l’albedo (pouvoir réfléchissant) du Pôle Nord accentue rétroactivement le réchauffement climatique.

Cette redistribution inouïe du vivant sur toute la planète implique de nouveaux défis de taille pour l’espèce humaine, allant des risques pour la santé (émergence de nouveaux vecteurs de maladies) aux menaces qui pèsent sur l’économie (redistribution des ressources piscicoles par exemple).
« Au-delà de ces impacts directs sur le bien-être humain, la redistribution du vivant agit également de manière indirecte via des boucles de rétroaction qui modifient la dynamique même du réchauffement climatique  » explique Jonathan Lenoir, maître de conférences en bio-statistiques à l’Université de Picardie Jules Verne et co-auteur de l’étude. « Par exemple, en Arctique, au même titre que la fonte de la banquise, l’embroussaillement de la toundra et la progression de la forêt boréale sont autant de facteurs qui diminuent l’albédo (pouvoir réfléchissant) du Pôle Nord et accentuent donc le réchauffement par effet de rétroaction positive  » ajoute le chercheur français.

L’explosion de la maladie de Lyme en France est une illustration pertinente des conséquences de cette redistribution du vivant sur la planète.

Jonathan Lenoir, qui a participé à cette étude grand format, illustre la situation inédite avec l’explosion de la maladie de Lyme en France. " L’explosion de la maladie de Lyme en France, notamment dans la région Hauts-de-France, et ses coûts sanitaires, sociaux et économiques, est une autre illustration pertinente des conséquences de la redistribution du vivant associée au réchauffement climatique. Des étés plus secs et des hivers plus doux modifient en effet l’abondance et la répartition de micro-mammifères, hôtes principaux de la tique Ixodes ricinus, vecteur de la bactérie Borrelia burdorferi, l’agent pathogène de la maladie de Lyme."

" Le déplacement des espèces d’une zone économique à une autre sera également potentiellement source de conflits." Gretta Pecl

L’étude alerte : « L’Homme dépend du vivant et du bon fonctionnement des écosystèmes pour son alimentation, sa santé, son bien-être, ses activités de production, ses activités récréatives et son enrichissement culturel. Par conséquent, une redistribution globale du vivant aura un impact sur l’ensemble de ces facettes ». Gretta Pecl, première auteure de cette étude et professeure associée de l’Institut des études marines et de l’Antarctique (IMAS, Tasmanie) redoute elle bien des conséquences. «  Le déplacement des espèces d’une zone économique à une autre sera également potentiellement source de conflits et de tensions entre pays comme c’est déjà le cas entre l’Écosse, la Norvège et l’Islande pour l’activité de pêcherie, avec la guerre du maquereau qui sévit dans l’Atlantique nord  ». L’analyse évoque les scénarii les plus sombres du sociologue Harald Walzer sur les futures guerres climatiques et territoriales. La recherche comme les pouvoirs politiques et économiques sont condamnés à réinventer un monde sous influence climatique.


Poster un nouveau commentaire

idees numero 1

La revue papier.
Soutenez-nous, commandez-le
à votre libraire, faites-le connaître,
ou abonnez-vous en cliquant ici.

Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.