Influences : n.f.
  1. Emprunté du latin médiéval influentia, « action attribuée aux astres sur la destinée des hommes ».
  2. Action qui s'exerce entre des personnes ou des substances.
  3. Autorité, crédit, ascendant, en parlant des personnes

Les Influences

Filtré pour vous : L'actualité politique et intellectuelle

#Société

Cédric Gras : « L’Ukraine veut une liberté et des perspectives qui n’existent plus en Russie »

Publié le 17 mai 2022 par

L’idée : Comment raisonne la société russe de 2022 ? Entretien avec Cédric Gras, écrivain-voyageur et auteur d’Alpinistes de Staline (Stock), prix Albert Londres 2020.


Cédric Gras, écrivain-voyageur. DR

« Le 21 février 2022, trois jours avant de lancer son offensive, Poutine martelait que Lénine avait créé l’Ukraine. Ce n’est vrai qu’en partie. Si les Bolchéviques en ont effectivement tracé les frontières orientales après la révolution de 1917, c’est finalement Vladimir Poutine qui aura ancré le sentiment national des Ukrainiens, avec cette guerre. En tout cas, l’attachement à la nation n’a jamais été exprimé avec autant de force. » Cédric Gras voyage en Russie depuis plus de quinze ans. Auteur, réalisateur, alpiniste, le jeune quadragénaire en a rapporté une belle poignée de récits à la fois poétiques et documentés, dans lesquels il exprime son goût prononcé pour ce peuple et sa géographie. De 2010 à 2015, il dirige en Ukraine les Alliances françaises de Donetsk (capitale du Donbass) et d’Odessa. L’écrivain-voyageur écrit alors Anthracite (éditions Stock, 2016). Une fiction, cette fois, mettant en scène un pro-russe et un pro-ukrainien. À l’époque, son cœur balance entre les deux peuples. C’est toujours le cas aujourd’hui.

Ses quinze ans de vagabondages dans les pays de l’ancienne Union soviétique ont affuté son regard. « Les Occidentaux découpent le passé récent en deux périodes, remarque-t-il. L’avant et l’après URSS. Or les Russes comptent plutôt trois périodes. Ils mettent à part les années 1990 qui ont été un énorme foutoir. Cette décennie de dislocation de l’URSS, d’effondrement de l’État, d’apprentissage du libéralisme dans la douleur, de prise de pouvoir des oligarques et des mafias, d’insécurité permanente, a été vécue comme une longue humiliation. » Élu Président de la fédération de Russie en 2000, Vladimir Poutine tente de laver cette humiliation avec ses rêves de grandeur déchue et ses discours néo-impériaux. Cédric Gras précise : « Poutine exploite un sentiment bien présent dans l’imaginaire russe, qui prend la forme d’une nostalgie non pas de l’URSS mais plutôt de l’empire, ou en tout cas d’une grande Russie qui réunirait toutes les populations russophones. Seulement, avec la politique qu’il mène aujourd’hui, il risque d’en perdre la moitié. »

Car la guerre fratricide a fait naître un sentiment de « gêne » dans la société russe. Un mélange de honte et de culpabilité qui prend sans doute naissance dans l’apathie dont elle a fait preuve pendant que montait en puissance le judoka du Kremlin. Il y a eu la guerre en Tchétchénie, les assassinats d’opposants (comme celui d’Anna Politkovskaïa en 2006), l’invasion de l’Ossétie du sud en Géorgie, le maintien au pouvoir de Poutine derrière son paravent Medvedev de 2008 à 2012, la guerre au Donbass et l’annexion de la Crimée en 2014, les renforts apportés au président-boucher syrien Bachar el-Assad en 2015, les discours nationalistes exubérants et la propagande qui s’installait. Pendant toutes ces années, le peuple russe a fait le dos rond. Les habitants des villes minimisaient la situation, les habitants des steppes refusaient carrément de la voir. « Dans les campagnes, les gens ne roulent pas sur l’or, décrit Cédric Gras. Et ils se sentent loin de tout. Si une info les déprime, ils prennent leur fusil et s’en vont chasser dans les bois pendant dix jours. »

« En quelques heures, la Russie de Poutine a perdu des années de rétablissement post-soviétique. »

Cédric Gras

Début mars, Marianne envoyait Cédric Gras en reportage dans la république moldave de Transnistrie, cette mince bande de terre qui longe la frontière avec l’Ukraine – et dont la population essentiellement russe rêve depuis trente ans d’une réunification avec Moscou. « Ils n’avaient pas imaginés qu’une sécession pourrait se faire au prix d’une telle violence, constate le voyageur. Je les ai sentis gênés, eux aussi. Cela dit, le fait que l’Ukraine glisse vers l’Occident constitue un problème pour beaucoup de Russes. »

Pendant que la Russie s’enfermait dans son récit néo-impérialiste, l’Ukraine exprimait toujours plus haut son désir de s’ouvrir aux valeurs de l’Ouest. « Les Ukrainiens sont slaves comme une grande partie des Russes, ils partagent souvent la même religion, la même histoire et beaucoup de familles évoluent des deux côtés de la frontière. Mais l’Ukraine veut une liberté et des perspectives qui n’existent plus en Russie. Le problème est là. Si Poutine avait rendu son pays plus attractif, l’Ukraine aurait peut-être accouru. »

Après un premier mois de guerre, les Ukrainiens sont toujours aussi déterminés à résister et rien ne laisse supposer que le conflit ne va pas s’enliser. Cédric Gras a dû mettre en veille les deux projets de tournage qu’il avait dans les montagnes de l’Altaï et du Caucase. « En quelques heures, la Russie a perdu des années de rétablissement post-soviétique. » Avant de clore l’entretien, il souhaite dire encore un mot à propos des artistes russes : « La plupart d’entre eux créent en opposition au pouvoir du Kremlin. Je trouve qu’il est injuste de les boycoter alors qu’à ma connaissance, cette guerre n’a pas même pas été votée par la Douma, l’assemblée nationale. Elle est l’entreprise d’un seul homme. »


Dernier ouvrage : Alpinistes de Staline, Cédric Gras, Stock, 2020. 342 pages, 20,50 € (Prix Albert-Londres 2020).

Je m'abonne ! Partage Twitter Partage Facebook Imprimer

Laisser un commentaire

Ce site web utilise ses propres cookies et ceux de tiers pour son bon fonctionnement et à des fins d analyse. En cliquant sur le bouton Accepter, vous acceptez l utilisation de ces technologies et le traitement de vos données à ces fins. Vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.   
Privacidad