Influences : n.f.
1. Emprunté du latin médiéval influentia, « action attribuée aux astres sur la destinée des hommes ».
2. Action qui s'exerce entre des personnes ou des substances.
3. Autorité, crédit, ascendant, en parlant des personnes

Les Influences

Lagence de presse des Idées

#Archéologie #Daniel Spoerri #Fouille archéologique #INRAP #Le Déjeuner sous l’herbe

Des archéologues exhument une oeuvre d’art contemporain

Publié le 29 mai 2010 par

A partir du 31 mai, les chercheurs de l’INRAP vont fouiller une oeuvre d’art contemporain, Le Déjeuner sous l’herbe, enterrée en 1983 à Jouy-en-Josas. Que va t-il rester de cette performance de l’artiste Daniel Spoerri ? Simples détritus ou témoignage culturel ?

L'artiste performer Daniel Spoerri (1930), cofondateur du Nouveau réalisme avec Yves Klein et Jean Tinguely.
L’artiste performer Daniel Spoerri (1930), cofondateur du Nouveau réalisme avec Yves Klein et Jean Tinguely.
Du 31 mai au 10 juin 2010, des archéologues de l’INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives) vont se livrer à l’examen de drôles de fouilles, celles d’une oeuvre d’art collaborative, intitulée Le déjeuner sous l’herbe, signée Daniel Spoerri et qu’il a fait enterrer en 1983 dans le parc du domaine de Montcel, à Jouy-en-Josas (Yvelines).

La manifestation du 23 avril 1983 s’était déroulée aux abords, fait du hasard, de la future Fondation Cartier. L’artiste avait invité le gratin de l’art contemporain à venir faire un banquet, “un repas de tripailles” tandis qu’un bulldozer à côté des agapes s’affairait à creuser une tranchée longue de 60 mètres. Daniel Spoerri siffla la fin du banquet, et les 120 invités jettèrent dans l’excavation tables, nappes, vaisselle, reliefs de repas mais aussi objets divers et d’art, photos, documents de toutes sortes. Le tout disparu sous des mètres cube de terre, au cours d’un rituel imaginé par l’artiste en chef. L’oubli fit le reste.
D. Spoerri (1930), plasticien, performer est aussi l’un des cofondateurs du nouveau réalisme aux côtés d’Yves Klein et de Jean Tinguely. Il a réfléchi lui aussi, tels Arman, Cesar, Niki de Saint-Phalle ou Anne Messager, sur les accumulations, les détritus, le recyclage à travers ce qu’il appelle ses “tableaux-pièges” (par exemple, des objets disposés, mis en scène et collés sur une toile) dont Le déjeuner sous l’herbe est l’oeuvre ultime… et décomposé depuis vingt-sept ans.

Archéologie des détritus

Un
Un
L’exhumation du Déjeuner sous l’herbe (dédié à Edouard Manet) mobilise toutes les compétences de l’INRAP ( palynologie, dendrologie, sédimentologie, datation carbone 14, analyses chimiques, ), mais également celles d’universitaires de Paris I, de chercheurs en sciences sociales de l’EHESS et du CNRS, d’un cinéaste. Enjeu : “Si certains espèrent repousser les définitions classiques de la science et de la création, pour d’autres il s’agit d’une véritable enquête anthropologique ; la fouille du Déjeuner sous l’herbe s’apparente aussi à une archéologie des détritus contemporains, la Garbage Archaeology anglo-saxonne, qui n’a pas d’équivalent en Europe“, explique t-on sérieusement à l’INRAP.

Dans cette performance, on n’arrive pas à démêler qui impulse l’oeuvre : Daniel Spoerri, l’anthropologue Bernard Müller à l’initiative de ce déterrement ou encore Jean-Paul Demoule, directeur de l’INRAP qui, mobilisant ses bataillons d’ experts, se livre à la première performance d’archéologie préventive ? Les analyses scientifiques diront s’il faut prendre au sérieux un entassement de gobelets et de couverts en plastique.

Abonnez-vous ! Partager sur Twitter Partager sur Facebook

Un commentaire sur “Des archéologues exhument une oeuvre d’art contemporain

Laisser un commentaire

Ce site web utilise ses propres cookies et ceux de tiers pour son bon fonctionnement et à des fins d analyse. En cliquant sur le bouton Accepter, vous acceptez l utilisation de ces technologies et le traitement de vos données à ces fins. Vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.   
Privacidad