Filtré pour vous : L'actualité politique et intellectuelle

#algorithme #CNIL #IA #videosurveillance #Société

La CNIL met en garde contre les « caméras augmentées » d’arbitraire

Publié le 24 août 2022 par

L’info : Publiée cet été, une analyse de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés met en garde sur l’utilisation sans texte législatif des caméras augmentées, technologie déductive de comportements hors norme.

Source image : CNIL.

« Le déploiement dans l’espace public de « caméras augmentées » présente des risques nouveaux pour la vie privée. En effet, une généralisation non maîtrisée de ces dispositifs, par nature intrusifs, conduirait à un risque de surveillance et d’analyse généralisée dans l’espace public susceptible de modifier, en réaction, les comportements des personnes circulant dans la rue ou se rendant dans des magasins.» Telle est la substance d’une analyse diffusée en plein cœur de l’été, et produite par la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL). Les caméras augmentées sont différentes des caméras biométriques qui concernent, elles, l’identification et l’authentification d’une personne. Les caméras augmentées ne se concentrent pas sur des individus, mais sur des objets, des formes, des mouvements d’une personne qui, analysés et catégorisés, pourraient déduire une anomalie comportementale, une conduite tout juste passée ou une intention à venir plus ou moins suspecte, voire hors norme.

Pour l’instant, pas plus que la caméra biométrique (exception circonscrite à la surveillance aux frontières), ce type de technologie intelligente n’est autorisé par la puissance publique, notamment dans la détection et la poursuite d’infractions, rappelle l’organisme. Mais pourrait-on voir ce type de technologie à la chinoise surgir dans un événement comme les J.O de Paris ? La CNIL appelle à une « réflexion d’ensemble sur le juste usage de ces outils dans l’espace public », histoire de fixer des «lignes rouges » dans son utilisation.

Sur notre site : De la “smart city” à la “safe city

Les Influences, 11 août 2021

Les dispositifs de caméras augmentées permettraient aux services de police de détecter les comportements suspects lors d’attroupements ou de mouvements de foule par exemple. L’IA de ces machines présumerait une infraction passée ou imminente (vol, atteintes aux biens, terrorisme) par un « suspect ». Le CNIL estime, elle, deux utilisations possibles, (dans la mesure où l’efficacité de ces caméras serait avérée), et à condition d’être dument encadrées juridiquement, avec des garanties au bénéfice des personnes. « Certains usages des caméras « augmentées » peuvent paraître légitimes : dispositifs comptabilisant les piétons, les voitures ou les cyclistes sur la voie publique afin de l’aménager, adaptation des capacités des transports en commun selon leur fréquentation, analyse de la fréquentation et de l’occupation d’un bâtiment pour en adapter la consommation énergétique, etc.» L’autre application possible est dans la visée de production de statistiques (calculer l’affluence dans le métro par exemple, permettant aux usagers de se diriger vers les rames les moins remplies).

Quoi qu’il en soit, ces caméras ne seraient possibles qu’accompagnées d’une augmentation bien réelle des droits de la personne et d’un indispensable texte réglementaire ou législatif, insiste la CNIL. Le risque de « multiplication disproportionnée de ces dispositifs, qui modifierait notre rapport à l’espace public » semble important à prévenir dans les prochains mois : la CNIL en a fait un axe prioritaire de réflexion, de contrôle et d’accompagnement des acteurs privés et publics dans son plan stratégique 2022-2024.


Je m'abonne ! Partage Twitter Partage Facebook Imprimer

Laisser un commentaire

Ce site web utilise ses propres cookies et ceux de tiers pour son bon fonctionnement et à des fins d analyse. En cliquant sur le bouton Accepter, vous acceptez l utilisation de ces technologies et le traitement de vos données à ces fins. Vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.   
Privacidad