Jean Lopez refait Barbarossa

Le 20 janvier 2020

7/13. BARBAROSSA (PASSÉS COMPOSÉS).
Essais, documents, récits : nos 13 Prix Idées Les Influences 2019

VIE DES IDÉES. Plus de cinq millions de morts militaires et civils en 200 jours. L’opération Barbarossa qui a ouvert les hostilités le 22 juin 1941 entre l’Allemagne nazie et l’Union soviétique stalinienne, est hors normes. Et valait bien ce document exceptionnel. Jean Lopez, directeur de la rédaction de Guerres & Histoires, et Lasha Otkhmezuri, historien, se sont lancés dans une entreprise gigantesque et méticuleuse, retraçant la longue gestation qui a conduit au désastre, et même au concept en grandeur nature de « guerre absolue », cette guerre monstrueuse théorisée par Clausewitz.
La grande force de leur requiem est d’avoir abordé le récit de l’invasion, des encerclements, percées et retournements de situation, mettant en scène l’affrontement de dix millions d’hommes, par le prisme d’un autre Barbarossa : celui d’idées monstrueuses et de chimères intellectuelles, de mentalités en auto-intoxication permanente et de croyances idéologiques. À la folie paranoïaque, bureaucratique, antisémite et raciste de la Whermarcht, répond l’ensauvagement de l’Armée rouge qui ne cesse de se purger, de détruire par l’omniprésent NKVD toute supposition d’ennemi intérieur, éliminant ses meilleurs généraux ou ses soutiens les plus talentueux. La première a vu son professionalisme « pris en défaut, à un point rarement vu, sur les plans du renseignement et de la logistique  ». Elle s’est moquée comme une guigne des « contraintes de l’espace-temps » imposées par le territoire russe et pire, « elle n’a pas été capable de donner un objectif clair à sa campagne ». La violence imaginée est inédite : ainsi l’armée allemande est sommée de tout détruire sur son passage et pour mieux tenir le vaste territoire, d’assassiner systématiquement les civils qui pourraient être des influenceurs de résistance et de contre-insurrection.

L’autre Barbarossa : une bataille d’idées délirantes, d’idéologies totalitaires et de stratégies insensées

Les auteurs documentent et analysent de façon précise et impressionnante, jour après jour, cette montée aux extrêmes du délire intellectuel et stratégique. Pour avoir complètement négligé la sociologie et la dimension patriotique de ces « sous-hommes », les Allemands, y compris ceux de l’état-major les moins réceptifs aux analyses sur le « judéo-bolchevisme », ont été désarçonnés par ces Bolcheviks dont ils prévoyaient l’effondrement immédiat. Les Russes, malgré une « société atomisée par le stalinisme », voyaient venir la guerre depuis trop longtemps, ce qui, malgré de grandes faiblesses structurelles et doctrinaires, leur a « conféré une résilience inattendue ». L’opération Barbarossa aura été le cénotaphe effrayant des idées stratégiques et des idéologies les plus folles du XXe siècle.

Barbarossa. 1941, la guerre absolue, Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri, Passés composés, 957 p., 31 €.

Découvrir les 12 autres Prix Idées Les Influences 2019

La liberté d’esprit
Lab Girl
Croire aux fauves
Psychologie de la connerie
Journal 1954
Fouloscopie
No Fake©
Écrits révolutionnaires
Tout Homère
Mon après-guerre à Paris

Le Grand Prix 2019
Je ne reverrai plus le monde




Poster un nouveau commentaire