Jonathan Israël fait la révolution contre les historiens français

Le 21 janvier 2020

10/13. IDÉES RÉVOLUTIONNAIRES (ALMA).
Essais, documents, récits : nos 13 Prix Idées Les Influences 2019

VIE DES IDÉES. « La Révolution française, ainsi que la Révolution américaine qui la précéda, marqua l’avènement explosif des droits universels et égaux dans le monde atlantique et l’essor du républicanisme démocratique moderne » résume l’historien Jonathan Israël. Le professeur d’histoire moderne à Princeton a passé sa vie dans le bain des idées qui révolutionnèrent la société française. « Peu de philosophes ou de propagateurs des Lumières participèrent aux États généraux de 1789 », à l’exception de Condorcet et de justesse, Sieyès ou l’astronome Jean-Sylvain Bailly, rappelle l’auteur. Et pourtant l’histoire intellectuelle de la Révolution française est bien réelle et foisonnante, constituée de trames subtiles. Ainsi les Lumières, fondatrices de la vie politique moderne, doivent être fortement distinguées. Israël recense et décrit avec réussite, ces fractures idéologiques qui lézardent ce que l’on a longtemps pensé comme un bloc. Les « Lumières radicales » embrassent tout un arc de positions laïques, égalitaires et démocratiques sans restriction. Les « Lumières modérées » souhaitent une monarchie constitutionnelle, s’inspirant de l’Angleterre. Un troisième courant constitué là aussi de nombreux petits foyers , symbolisé par Robespierre et Jean-Jacques Rousseau, est qualifié de « populiste autoritaire » et par la Terreur, a bafoué les Droits de l’homme. Toute une foule d’acteurs a construit de gré ou de force une démocratie. Israël restitue l’influence des clubs et des sociétés savantes, tout un tournis de gazettes et de libelles. La fabrication, le rôle, la diffusion des idées révolutionnaires ont trop longtemps été sous-estimés et désincarnés selon lui, mais aussi le comportement des foules notamment le jeu d’ interactions de leur colère et de leur ressentiment.

La fabrication, le rôle, la diffusion des idées révolutionnaires ont trop longtemps été sous-estimés et désincarnés selon l’historien anglais

Cette exploration passionnante cache un autre essai beaucoup plus polémique : celui des concurrences historiques sur cette période toujours aussi passionnelle et qui ne parvient pas vraiment à être engloutie par l’Histoire et devenir un tableau d’ensemble accepté par tous. Publié en 2014, l’essai a essuyé une pluie de critiques venue de toutes parts. Tout en reconnaissant quelques points de convergence, dans sa postface à l’édition française, Jonathan Israël répond, dispute et mord les intellectuels marxo-robespierristes aux analyses sans étais et sans preuves sûres, mais également un Jacques Godechot ou un François Furet – qui à part sur le caractère idéologique de la répression durant la Terreur, a commis de « grossières erreurs, parfois même ridicules, à propos d’à peu près tout. » La révolution fume encore.

Idées révolutionnaires. Une histoire intellectuelle de la Révolution française, Jonathan Israël (Trad. de l’anglais par Marc-Olivier Bherer), Alma, 930 p., 36 €.

Découvrir les 12 autres Prix Idées Les Influences 2019

La liberté d’esprit
Lab Girl
Croire aux fauves
Psychologie de la connerie
Journal 1954
Fouloscopie
Barbarossa
Le Bug humain
No Fake©
Tout Homère
Mon après-guerre à Paris

Le Grand Prix 2019
Je ne reverrai plus le monde




Poster un nouveau commentaire